Quasi peut être oui

Manque de bol. L’Afrique n’organisera pas, comme on sait, la prochaine Coupe du monde de football. Battue sur le fil par une Allemagne décidément bien chanceuse. Mais qu’on se rassure :  » le tour de l’Afrique viendra en 2010 « . Il l’a dit, donc c’est vrai. Sepp Blatter, lui même. Le président de la Fédération de international de football (FIFA). Pas si sûr.

Avec son fervent soutien à l’Afrique du Sud pour 2006, on savait que le numéro Un de la grande instance internationale avait quelques penchants pour l’Afrique. Défenseur d’un juste retour des choses – « ce n’est que justice  » – pour un continent qui le mérite bien. Donc ce qui n’a pu être pour 2006, le sera pour 2010. Une décision  » définitive « . L’Afrique, libérée d’une frustration trop ancienne, peut souffler…

Pas si vite l’ami. Cette déclaration prématurée n’engage malheureusement que lui. Au sein de la Fifa, on fait preuve de plus de circonspection. Le président va quand même un peu vite en besogne. N’oublie-t-il pas que le système de rotation par continent pour l’organisation de la Coupe du Monde doit être entériné par le Comité exécutif en Juillet prochain à Buenos Aire ? Du  » quasiment  » certain, affirme-t-on donc plus prudemment à la fédération.

Ne nous réjouissons donc pas trop vite. L’Afrique du Sud pourra témoigner : un tiens vaut mieux que deux tu l’auras. Et pour l’instant, il n’y a pas de tiens qui tienne. Rien n’est acquis. L’Afrique n’est pas à l’abri d’un second hold-up, tout aussi révoltant que le premier mais, cette fois-ci, bien plus cruel, après tant de belles déclarations de principe.