Quand la religion fait l’emploi

Le ministre français de l’Intérieur s’est déclaré, la semaine dernière, en faveur d’une discrimination positive à l’égard de la communauté musulmane. L’annonce ne fait l’unanimité ni chez les musulmans, ni dans le clan politique du numéro deux du gouvernement.

« Les musulmans de France sont aussi capables d’avoir des hauts fonctionnaires, des chercheurs, des médecins, des professeurs ». Lors d’un débat télévisé sur la deuxième chaîne du pays, le ministre de l’Intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales a déclaré qu’il souhaitait privilégier l’intégration des musulmans en appliquant une sorte de « discrimination positive ». Pour marquer le coup et prouver que ses propos seront suivis d’effets, Nicolas Sarkozy a insisté sur le fait qu’il nommerait, « dans les semaines ou les mois à venir », un préfet musulman. Mais Sarko n’entend pas instaurer des quotas pour qu’ils accèdent à des postes clés. Il envisage plutôt de mettre en place un système qui servirait de tremplin à la communauté musulmane. Son coup d’éclat est loin de faire l’unanimité.

Une discrimination positive sur mesure

Nicolas Sarkozy n’entend pas légiférer sur la discrimination positive. Sa déclaration est plus assimilable à une démarche partant du principe qu’il y a « des territoires qui ont tellement plus de handicaps que si on ne leur donne pas plus que les autres, ils ne pourront pas s’en sortir ». Selon lui, la discrimination positive répondrait donc aux problèmes d’insertion que rencontrent les populations défavorisées. Le système est utilisé aux Etats-Unis sous forme de quotas. Les entreprises sont notamment tenues d’embaucher un certain nombre de personnels « de couleur » si elles ne veulent pas voir leurs subventions étatiques supprimées. La méthode fait encore débat au pays de l’Oncle Sam, plus de quarante ans après son entrée en vigueur.

Mais le ministre français de l’Intérieur entend instaurer une toute autre forme de discrimination positive. Aux Etats-Unis, il est question de donner un coup de pouce aux personnes défavorisées dans leur ascension sociale parce que discriminées à cause de leur race, de leur sexe ou de leur provenance géographique. Nicolas Sarkozy souhaite une discrimination positive qui ne serait basée que sur l’appartenance religieuse. Il va même plus loin en prenant sous son giron exclusivement la communauté musulmane.

Coup de charme pour les présidentielles ?

« M. Sarkozy a peut-être fait un abus de langage. Les Arabes non musulmans ou encore les Noirs sont aussi victimes de discrimination. Il n’y a pas que des musulmans qui en souffrent. Stigmatiser notre communauté est un effet de mode dangereux : agir de cette façon revient à reconnaître les gens en fonction de leur confession et pas de leur citoyenneté », tranche Kalkoul Mahmoud, Président de l’association Jeunes musulmans de France. Etendre la discrimination positive à toutes les minorités ? « Nous savons tous les problèmes que rencontrent les immigrés. Mais arriver à cette extrémité serait un véritable constat d’échec du système d’intégration français. Et au delà de ça, ce n’est pas la solution. En terme de droit, il y a tout ce qu’il faut. C’est sa mise en application qui pose problème. Ce sont les mentalités qui doivent changer. A commencer par celles de ceux qui dirigent les institutions publiques ».

Pourquoi un tel dévouement à la cause musulmane ? Les élections présidentielles de 2007 trottent déjà dans la tête de l’homme le plus charismatique du gouvernement. Il a déclaré avec un sourire en coin qu’il pensait à cette échéance « pas simplement quand il se rase ». Peut-être que le ministre de l’Intérieur est-il déjà en campagne et cherche à courtiser des électeurs potentiels.

Dangereuses contradictions

Mais Nicolas Sarkozy pourrait se retrouver pris à son propre piège. Lorsqu’il a soumis l’idée de la discrimination positive, il a osé dire tout haut ce qu’une partie de la classe politique pensait tout bas, notamment à gauche. Mais d’une manière plus globale et non spécifique. Des voix s’élèvent au sein même de son ministère pour nuancer ses propos. On insiste sur le fait qu’il ne s’agit pas de privilégier uniquement la communauté musulmane. « La discrimination positive concerne tous ceux qui éprouvent des difficultés à s’insérer dans notre société. Elle existe d’ailleurs déjà sous la forme de la loi sur la parité hommes/femmes ou encore les zones d’éducation prioritaires ». Et d’ajouter que la nomination prochaine d’un préfet musulman n’était qu’un « exemple ».

Tentative d’apaisement ? En tout cas, les déclarations du ministre de l’Intérieur divise déjà son camp, celui de l’Union pour la majorité présidentielle (UMP). Aux questions posées par la radio RTL : « Est-ce que vous avez été choqué par la formule de Nicolas Sarkozy parlant de la nomination d’un préfet musulman ? Est-ce que vous vous dites : ‘Je vais nommer des recteurs musulmans’ ? » Le ministre délégué à l’Enseignement scolaire Xavier Darcos (UMP) a répondu : « Je ne connais pas de musulman ou de chrétien français, je connais des Français, qui par ailleurs sont musulmans ou chrétiens. Et ça les regarde. Je crois qu’on doit accéder aux titres et aux mérites en fonction du fait qu’on en soit capable ». Un discours qui va dans le même sens que le premier article de la Constitution qui stipule que la République « assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race et de religion ».