Quand Boris Boillon appréciait Kadhafi

Déjà sous les feux de la polémique depuis après ses propos jugés agressifs à l’endroit de journalistes tunisiens, Boris Boillon, le nouvel ambassadeur de France à Tunis pourrait bientôt faire face à une nouvelle polémique, au sujet de Mouammar Kadhafi. Lors de son passage à l’émission « Le Grand Journal » sur Canal, en novembre, il tenait un discours assez flatteur à l’égard du guide libyen aujourd’hui en proie à une contestation populaire de grande ampleur. Il affirmait que Mouammar Kadhafi l’appelait « mon fils ». « S’il a été un terroriste, il ne l’est plus », poursuivait le jeune ambassadeur. Pas sûr que cette nouvelle polémique permette à l’Ambassadeur de regagner la confiance des Tunisiens, écrit Terrafamina. Selon la Fédération internationale des droits de l’homme, la répression féroce des manifestations anti-Kadhafi en Libye aurait fait entre 300 et 400 morts.