Procès inique de 7 militants sahraouis au Maroc

Le 17 décembre 2010, devant le Tribunal de première instance d’Ain Seba s’est tenu le procès des 7
militants sahraouis: Brahim Dahane, Ahmed Nassiri, Ali Salem Tamek, Lachgare Degia, Yahdih Ettarrouzi,
Rachid Sghavar, Saleh Lebaihidi, dont 3 sont encore détenus depuis le 8 octobre 2009. Les observateurs
internationaux suivants étaient présents :

France (Aline Chanu avocat – Paris)

Italie (Maria Donatella Aschettino, Paola Russo, Nicola Quatrano – magistrats à Napoli; Bruno Larosa,
Annalisa Senese – avocats à Napoli; Alessia Alvino, Roberta Galeano, Giovanna Izzo – observateurs civils
à Napoli; Gilberto Mastromatteo – journaliste)

Espagne (Dolores Travieso – avocat, Luis Mangrane – avocat, Gemma Arbesu – avocat, Ravel Ruiz –
avocat, Victoria Rosell – juge, Magdalena Such – avocat, José Revert – avocat, Francisco Serrano – avocat,
Rosalia Perera – avocat, Antonio Mateos – procureur, Andres Marin – avocat, Juan Soroeta- avocat,
Candela Carrera – avocat, Olaia Sagredo – obsarvateur civil, Itziae Iturri – observateur civil)

En outre les observateurs suédois et d’autres pays étaient aussi présents.

Le procès a été renvoyé au 7 janvier 2011. Le Tribunal a fixé une autre audience le 22 décembre prochain
pour statuer sur la libération provisoire.

Au cours de cette audience, les observateurs ont pu constater :

1) Pour les observateurs la procédure d’entrée au Tribunal et dans la salle a été particulièrement
lente (longue attente, contrôle des passeports, perquisitions, prise de nom), pendant que pour
le reste du public cela a été fluide. A l’entrée du Tribunal, il y avait beaucoup de personnes qui
photographiaient les observateurs. A l’entrée, il a été imposé de laisser les téléphones portables,
les ordinateurs, les appareils photos et même les modems des ordinateurs. Il n’a pas été demandé
au reste du public de déposer les portables. Au cours de l’audience, on a pu noter des personnes,
probablement de nationalité marocaine, munies d’appareils photos, qui prenaient des photos sans
problèmes.

2) La police a essayé d’empêcher l’entrée dans la salle au journaliste marocain, Chbari
Abdelmoumene, membre du secrétariat de la Voie Démocratique (le parti de la gauche radicale
marocaine), célèbre pour ses positions en faveur de l’autodétermination du peuple saharaoui.

3) Il faut signaler aussi que deux observateurs (Luciano Capuano et Louis Ndong) n’ont pas pu
participer à l’audience parce que le taximan s’est refusé de les accompagner au Tribunal.

4) A notre arrivée, nous avons pu constater que la salle était remplie. Il y avait plus de 80 avocats
qui n’avaient en apparence aucun lien avec l’audience. Ces avocats, la plupart debout, étaient aux
1ère places, empêchant les observateurs de pouvoir suivre le procès. Toutes les places assises
étaient également occupées par des civils marocains. Il faut signaler que les autorités ont empêché
les observateurs d’entrer dans la salle avant 13h30. Cependant celle-ci était déjà entièrement
remplie par les avocats et les civils marocains et la plupart d’entre eux montraient le drapeau du
Maroc et les photos du Roi Mohammed VI.

5) Dans le public il n’y avait aucun sahraoui. Les accusés en liberté provisoire étaient absents. Les
avocats de la défense ont indiqué que ces derniers n’avaient pas souhaité venir de peur d’être à
nouveau agressés.
6) Les observateurs ont fait l’objet d’intimidations, d’insultes de la part du public et de certains
avocats marocains (« bâtards », « corrompus de l’Algérie », « Pourquoi tu es la ? » « Dehors »).

Et les policiers présents se sont refusés d’identifier les agresseurs pour pouvoir les dénoncer.
L’avocat française Aline Chanu a été frappée au visage, l’observateur espagnol (Av. Andres Marin)
a été bousculé, frappé, sa chemise a été déchirée, certaines personnes du public ont craché sur
l’observatrice italienne Alessia Alvino. L’interprète sahraoui de la délégation des observateurs
espagnoles, Hamdi Mebarki, a été agressé, puis arrêté, dans la soirée. Après plus de 3 heures
d’attente, la police a indiqué aux observateurs qu’il avait été conduit à l’aéroport.

7) Les avocats de la défense ont fait l’objet d’intimidations. Ils ont été relégués au quatrième banc
derrière les avocats marocains qui étaient venus en nombre. Mustapha Errachidi, avocat marocain
et défenseur des accusés, a été pris à parti et accusé de trahison.

8) La plaidoirie des avocats de la défense a été interrompue à plusieurs reprises. L’entrée dans la salle
des accusés a également été accompagnée de cris et de slogans patriotiques. Lors de la suspension
de l’audience, certaines personnes ont même brandi des drapeaux marocains et des photos du roi.

9) Ce n’est qu’à la reprise de l’audience, pour discuter de la requête de liberté provisoire des accusés,
que les débats se sont déroulés dans un calme relatif et les observateurs, qui ont pu rester dans
la salle, ont été en mesure d’écouter les plaidoiries. Il convient de préciser que 5 observateurs
n’ont pu assister à cette deuxième partie de l’audience car ils ont été poussés en dehors de la salle
d’audience par une partie du public et qu’ils ont subi à cette occasion des violences physiques.

En conclusion, les observateurs notent que l’audience a été caractérisée par :

L’ intimidation des accusés, des avocats de la défense, des observateurs internationaux et,
indirectement, des juges.
L’absence des accusés en liberté provisoire et de leurs familles et amis sahraouis, l’absence due
aux intimidations et violences qui ont eu lieu aux précédentes audiences. En outre, cette absence
a été utilisée par le Ministère public pour justifier la nécessité de maintenir en prison les autres
accusés.
Aussi, dans ces conditions, il ne peut y avoir un procès équitable.

Casablanca, le 17 décembre 2010

Aline Chanu, Maria Donatella Aschettino, Nicola Quatrano, Paola Russo, Bruno Larosa, Annalisa Senese,
Luciano Capuano, Alessia Alvino, Roberta Galeano, Giovanna Izzo, Louis Ndong.