Présidentielle Zimbabwe : Mugabe vainqueur à 75%, une farce pour Tsvangirai

Robert Mugabe n’est pas prêt de quitter le pouvoir. Selon les estimations de ses partisans, le Président sortant zimbabwéen s’achemine ce vendredi vers une victoire écrasante avec plus de 70% des voix. Dans le même temps, son opposant, le premier ministre Morgan Tsvangirai, dénonce une parodie de démocratie.

Robert Mugabe serait-il en passe de devenir à nouveau Président? C’est du moins ce qu’annonce son porte parole, Robert Gumbo, qui a affirmé ce vendredi que son parti la Zanu-PF devrait remporter près de 75% des voix à la présidentielle de mercredi. « La prédiction, c’est que le président devrait avoir de 70 à 75%. C’est le sentiment, d’après ce que je vois remonter du terrain », a-t-il déclaré, soulignant que le parti présidentiel devrait aussi compter sur une majorité des deux tiers à l’Assemblée nationale. Cette majorité des deux tiers devrait permettre au parti de Mugabe de modifier la Constitution, un texte relativement libéral tout juste approuvé par référendum en mars. Toutefois, en dépit de toutes ces estimations, le résultat officiel du premier tour de la présidentielle n’est pas attendu avant ce lundi.

Déjà des fraudes?

Le principal opposant du chef d’Etat Morgan Tsangirai qualifie lui d’ors et déjà le scrutin « d’énorme farce ». Pour lui, l’élection est entaché de fraudes et ce avant même le début du scrutin. De très nombreux électeurs des villes traditionnellement hostiles à Robert Mugabe n’ont notamment pas trouvé leur nom sur des listes électorales qui n’ont été rendues publiques qu’à la veille du scrutin, rendant impossible toute vérification sérieuse et tout recours. « C’est un scrutin nul et non avenu », sénonce Morgan Tsvangirai. Pour Roy Bennett, un responsable du MDC basé à Johannesburg, le Président Mugabe va vouloir prêter serment « le plus vite possible, peut-être dès vendredi matin. C’est incroyable, c’est un vol dans les plus grandes largeurs, a-t-il dit, appelant à la résistance. Je parle de résistance passive (…) qui ne mette pas la vie des gens en danger », a-t-il précisé, sans toutefois aller jusqu’à appeler à une grève générale.

Une liste de noms d’électeurs fantômes a été remise aux observateurs de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) venus juger de la transparence du vote. Le ministre délégué auprès du Premier ministre Jameson Timba a par ailleurs déclaré avoir observé sur une liste des noms d’électeurs apparaissant en double, ayant les mêmes adresses, les mêmes dates de naissance, seul le numéro d’identification diffère.

Malgré les doutes du premier ministre Morgan Tsvangirai quant à la fiabilité du scrutin, les observateurs de l’Union africaine ont estimé ce vendredi que le scrutin avait été « libre, honnête et crédible ».