Présidentielle ivoirienne : fin du vote, début du dépouillement

Les Ivoiriens ont voté ce dimanche dans le cadre du second tour des élections présidentielles qui se déroulent sous couvre-feu. Le scrutin, qui a attiré moins d’électeurs qu’au premier tour, a été marqué par la mort de deux personnes. Le dépouillement des urnes a démarré et la publication des résultats est prévue ce lundi.

Les opérations de vote pour le second tour de la présidentielle en Côte d’Ivoire se sont officiellement achevées ce dimanche à 17h (GMT, heure locale) et le dépouillement des urnes a débuté. Les résultats devraient être communiqués lundi. Le scrutin présidentiel, qui oppose le Président sortant Laurent Gbagbo de La majorité présidentielle (LMP) et l’ancien Premier ministre Alassane Ouattara, candidat du Rassemblement des houphouétistes pour la paix (RHDP), a été émaillé de quelques incidents en Côte d’Ivoire et à l’étranger, notamment en France.

Un taux de participation plus faible au second tour

Outre le retard enregistré dans l’ouverture des bureaux de vote et quelques difficultés logistiques et organisationnelles, le ministère ivoirien de l’Intérieur a indiqué via un communiqué, cité par l’AFP, que « des chasseurs traditionnels communément appelés « dozo » ont ouvert le feu sur des militaires et des civils » dans la localité de Nioboua, près de Daloa (centre-ouest du pays), ce dimanche. Bilan : « deux morts, un élément des Fanci (Forces armées nationales de Côte d’Ivoire) et un civil, et trois blessés dont un dans un état critique ».

Dans l’Hexagone, plusieurs électeurs ont été empêchés de voter ou les scrutins ont été annulés sans explication. Les opérations de vote ont ainsi été invalidés en région parisienne. Partisans du LMP et du RHDP s’accusent déjà mutuellement d’avoir entravé le bon déroulement de la phase finale du processus électoral sur lequel plane le spectre du couvre-feu. Il est entré en vigueur ce samedi et est maintenu jusqu’au mercredi prochain. Trois militants du RHDP ont été tués par les forces de l’ordre pour l’avoir contesté le jour de sa mise en place. Ces trois derniers jours, ce sont au moins six personnes qui sont décédées dans des affrontements entre militants ou avec les forces de l’ordre. Alassane Ouattara, qui avait annoncé ce dimanche matin avoir obtenu la levée du couvre-feu, sera contredit quelques heures plus tard par le Président Gbagbo. Le chef de l’Etat a déclaré qu’il est le seul habilité à décider de sa levée ou non. Il a néanmoins admis que ce couvre-feu connaîtrait quelques aménagements, suite aux recommandations faites samedi par la CEI.

Le couvre-feu pourrait être à l’origine de la baisse de la fréquentation des bureaux de vote par rapport au premier tour du 31 octobre dernier. Après avoir voté ce dimanche, Youssouf Bakayoko, le président de la Commission électorale indépendante (CEI), a affirmé que le taux de participation serait « le reflet de la volonté des électeurs et des électrices ». «Pour le moment, nous n’avons pas d’indication précise sur le taux de participation. On note simplement une faiblesse. Je ne peux pas donner de chiffre », a-t-il ajouté. Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour la Côte d’Ivoire, YJ. Choi a, quant à lui, tenu à rassurer le candidat Alassane Ouattara ce dimanche sur « les mesures prises par l’Onuci (Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire) en relation avec la CEI (Commission Electorale Indépendante)» pour sécuriser le processus électoral, notamment l’acheminement des procès verbaux.