Présidentielle en Centrafrique : les résultats attendus dans le calme

Les Centrafricains attendent dans le calme les résultats de la présidentielle du 30 décembre, qui s’est déroulée sans encombre.

Les Centrafricains sont en attente des résultats de la présidentielle qui s’est déroulée jeudi 30 novembre et qui devraient donner un nouveau souffle politique au pays. Le scrutin s’est déroulé sans encombre et sans violences alors que beaucoup d’observateurs craignaient des affrontements. Il faut dire que les forces internationales, celle de l’ONU et française, Sangaris se sont fortement mobilisées pour assurer la sécurité du vote. Elles ont été accompagnées par les éléments des Forces armées locales (FACA), qui ont l’avantage de bien connaitre le terrain.

Toutefois, l’Autorité nationale des élections (ANE) a relevé mercredi « des erreurs matérielles sur des bulletins de vote dans plusieurs circonscriptions électorales », à Bangui comme en province. « Dans certaines localités, les bulletins de vote pour les élections législatives ne sont pas parvenus dans les bureaux », a indiqué l’ANE dans un communiqué, soulignant que cela devrait entraîner un certain nombre d’élections partielles, à une date non précisée.

Il y a en tout une trentaine de candidats. Martin Ziguélé du parti MLPC est l’un des favoris ainsi qu’Anicet-Georges Dologuélé, à la tête d’un jeune parti, l’Union pour le renouveau centrafricain (Urca), créée en octobre 2013.

Le pays espère ainsi avec cette présidentielle aller de l’avant et tourner la page de la transition menée par Catherine Samba Panza. Mais les défis sont immenses pour le futur nouveau dirigeant de la Centrafrique qui doit redresser un pays à genoux depuis le coup d’Etat contre l’ancien Président François Bozizé, dont la candidature a été rejetée du scrutin. La sécurité est loin d’être de mise malgré la présence des troupes françaises et la force de l’ONU. Tout reste donc encore à faire en Centrafrique, sur le plan des infrastructures mais aussi économique, sécuritaire et bien d’autres domaines où le pays a pris énormément de retard depuis son indépendance.