Présidentielle en Algérie : Ali Benflis dénonce la fraude et rejette les résultats

D’après Ali Benflis, la fraude était au rendez-vous du scrutin du 17 avril. Il dénonce un système « corrompu ».

Le candidat Ali Benflis a dénoncé la fraude « massive » qu’aurait orchestrée le camp Bouteflika dans cette élection présidentielle. Il a indiqué de ne pas reconnaître les résultats qui donne le président-candidat vainqueur avec près de 76% des voix.

« Aujourd’hui il y a eu violation de la volonté populaire. Je condamne ce complot colporté par des mains algériennes contre la volonté du peuple. J’ai toujours défendu le changement pacifique. Je ne reconnais pas ces résultats. Je condamne la fraude », a-t-il dit. Avant d’ajouter : « Je rejette catégoriquement ces résultats. Je vais employer tous les moyens pacifiques pour imposer la volonté populaire. Je lance un appel à toutes les forces politiques pour un dialogue. Je resterai sur la scène politique pour défendre mon projet de renouveau national ».

Un « crime contre la Nation »

Ali Benflis compare la présumée fraude à un « crime commis contre la Nation ». « Cette fraude est l’ultime étape d’un processus entamé depuis fort longtemps avec l’instrumentalisation de tout l’appareil de l’État à des fins électorales », a-t-il déclaré. « Je travaillerai avec toutes les forces politiques pour initier le changement. J’appelle les Algériens à ne pas céder à la provocation ni au chantage. Demain (vendredi) à 16 heures, je ferai une autre déclaration », a conclu M. Benflis qui n’a pas souhaité répondre aux questions des journalistes.

Un document officiel reçu ce jeudi soir par le staff de Benflis indiquait que Bouteflika arrivait en tête avec 51% et un taux de participation de 60%. Le hic, c’est que ce document serait daté du 18 avril au lieu du 17. « Ceci démontre bien la fraude dans laquelle nous mène à nouveau le royaume d’Algérie. Nous ne sommes plus une république à partir de ce jour », avait alors déclaré Benflis.

Le candidat malheureux dénonce un « comportement corrompu, contre le choix du peuple », qui a pour but de « faire peur », évoquant la triche. « La fraude a frappé une nouvelle fois. Je n’accepte en aucune manière ces nouvelles », prévient-il.

Ali Benflis, qui prendra la parole ce vendredi à 16 heures, devrait annoncer ne pas reconnaître les résultats de cette élection présidentielle.