Présidentielle au Togo : le calme avant la tempête ?

Finie la campagne électorale. Les états-majors des différents partis politiques engagés dans la course au fauteuil présidentiel s’apprêtent à la bataille finale. A quelques heures du scrutin présidentiel du 4 mars, les Togolais supputent.

Notre correspondant au Togo

Pendant quinze jours, les sept candidats inscrits pour la présidentielle togolaise ont sillonné le pays, à la rencontre de leurs militants et sympathisants. Mais chacun des candidats se dit sûr de remporter la victoire, même les poids plume. Tout s’est déroulé sans incident. Sur le terrain, il est visiblement clair qu’il n’existe que deux forces politiques qui s’affrontent : le RPT et l’Union des Forces de Changement (UFC). A quelques heures du scrutin, la grande interrogation des habitants de ce petit rectangle de 56 600 Km² reste la même : est-ce que le résultat des urnes reflétera effectivement l’expression du peuple ? En attendant, le Togo retient son souffle.

Kali Sadjo, conducteur de taxi-moto : « Nous souhaitons que cette élection se passe en toute transparence. Nous ne voulons plus voir les militaires courir avec les urnes sous les bras. C’est trop de honte tout ça ! »

Laurence Maty, infirmière au CHU de Lomé : « Les autorités nous ont tellement rabattu les oreilles avec la « non-violence ». Nous aurions préféré qu’elles nous disent que l’élection sera transparente. Mais elles n’en disent rien. Cela nous préoccupe beaucoup. »

Yérim Ouattara, commerçant ivoirien installé au Togo depuis plus d’une dizaine d’année : « La manière dont la campagne s’est déroulée en toute tranquillité, je pense qu’elle en sera de même au lendemain du scrutin ».

Edem*, un jeune qui se dit militant pour le changement : « C’est difficile de dire qu’on est serein ou pas. Au Togo, vous savez que rien ne se passe le jour des élections. C’est la proclamation des résultats qui fait problème. Nous osons croire que cette fois-ci, la proclamation des résultats ne va plus rimer avec la traversée des frontière. »

Jean-Pierre*, un proche du parti au pouvoir, le Rassemblement du Peuple Togolais (RPT) : « Le Président Faure a rappelé à ceux-là qui veulent semer du désordre au cours de ce scrutin. Je crois qu’ils ne seront pas fous pour se laisser distraire par l’opposition. »