Présidentielle au Nigeria : Muhammadu Buhari en tête grâce au nord

Selon les résultats partiels de la Présidentielle au Nigeria, Muhammadu Buhari, le candidat de l’opposition, est en tête face au Président sortant Goodluck Jonathan.

Les premiers résultats partiels de la Présidentielle au Nigeria donnent Muhammadu Buhari favori du scrutin. Le candidat nigérian de l’opposition, chef de file du parti All Progressive Congress (APC), devance en effet de deux millions de voix le Président sortant Goodluck Jonathan après le dépouillement, lundi soir, des trois quarts des suffrages à l’élection présidentielle. En clair, Muhammadu Buhari recueille pour le moment 11,5 millions des voix et Goodluck Jonathan 9,5 millions.

Il faut dire que c’est le vote massif en sa faveur dans le nord du pays, dont il est originaire, qui lui permet cette nette avance. Le candidat de l’opposition a devancé son rival entre autre dans l’Etat de Borno, nord-est du pays, régulièrement touché par les attaques sanglantes de Boko Haram. Après le décompte dans 21 des 27 circonscriptions de cet Etat, Muhammadu Buhari a recueilli 233 386 voix et Goodluck Jonathan seulement 14 090. Une façon pour les électeurs de sanctionner le Président sortant accusé de ne pas avoir su mettre un terme à l’expansion de Boko Haram.

Muhammadu Buhari a également pris une nette avance dans plusieurs autres zones du nord du pays. Il a remporté 1,1 million de voix dans l’Etat clé de Kaduna contre 484 000 au Président sortant. Il a également devancé son rival dans l’Etat de Kano, dans le nord du pays, avec 1,9 million de suffrages contre 216 000 à Goodluck Jonathan. Toutefois, pour remporter la Présidentielle dès le premier tour, un candidat doit obtenir la majorité simple des suffrages ainsi qu’au moins 25% des voix dans les deux tiers des 36 Etats du pays et la capitale fédérale. Si au moins une de ces conditions n’est pas remplie, un second tour est organisé dans les sept jours suivant la proclamation officielle des résultats.

La tension est actuellement très vive au Nigeria. On craint en effet des violences à l’annonce des résultats de ces élections générales, dont la Présidentielle, qui ont débuté samedi. Le pays retient son souffle et veut à tout prix éviter les violences post-électorales de 2011 qui ont fait un millier de morts.