Présidentielle au Niger : un duel Issoufou – Oumarou

L’opposant historique Mahamadou Issoufou et l’ancien Premier ministre Seïni Oumarou se confronteront au second tour de la présidentielle, a annoncé jeudi la Commission électorale nationale indépendante (CENI) qui, ce vendredi, a livré les résultats définitifs du premier tour. Le Niger s’apprête à vivre une nouvelle ère politique, après le renversement de l’ancien président, Mamadou Tandja, par la junte militaire.

Le duel pour le second tour de l’élection présidentielle du 12 mars est engagé. D’après les résultats définitifs annoncés vendredi, par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), sur la télévision publique, c’est Mahamadou Issoufou du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS) qui arrive en tête avec 36,06% des suffrages (soit 1,2 million de voix). Et Seïni Oumarou, le candidat du mouvement national pour la société de développement (MNSD), arrive en deuxième position, avec 23,24% (environ 785 000 voix). Hama Amadou, arrivé en troisième position, a obtenu 19,82% des suffrages, tandis que Mahamane Ousmane n’en a recueilli que 8,42%.

Le grand opposant à l’ancien régime, Mahamadou Issoufou, en tête de ce scrutin, semble désormais être en position de force, face au MNSD qui a connu des divisions et des crises internes, mais constitue toujours le parti de Mamadou Tandja, renversé en février 2010 par la junte militaire. Ce dernier est actuellement en prison pour de présumées malversations. Néanmoins, Seïni Oumarou pourrait être le favoris, car le MNSD fait partie d’une alliance d’une vingtaine de formations opposés au PNDS qui ont convenu, une semaine avant le premier tour organisé lundi, de former ensemble un gouvernement de coalition. Cependant, un rapprochement entre le troisième, Hama Amadou, ancien premier ministre de Mamadou Tandja, et Mahamadou Issoufou n’est pas à exclure.

Un civil au pouvoir

La CENI a salué le bon déroulement des élections. Les deux candidats qualifiés ont exprimé leur satisfaction. « Je suis totalement satisfait des résultats obtenus », a déclaré Mamadou Issoufou. « Nous sommes sortis réconfortés des élections, nous avons plus de confiance en l’avenir », a affirmé le directeur de campagne de Seïni Oumarou.

Le Niger a connu des années d’instabilité politique. Cette présidentielle, espère la population, aidera le pays à sortir le de la crise, en hissant un civil au pouvoir, un an après le putsch militaire. D’ailleurs, le chef de la junte, Salou Djibo, parvenu au pouvoir après avoir renversé MamadouTandja, a promis de céder les rênes du pays à des civils d’ici avril. Une façon pour le pays de tourner la page de l’ancien régime.