Première au Maroc : une association sahraouie autorisée à exercer

Le Maroc autorise, pour la première fois de son histoire, une association sahraouie indépendantiste à exercer.

Le royaume annonçait déjà l’éventuelle autorisation d’associations indépendantistes sahraouies, et ce depuis 2013, suite à une recommandation émise par le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), aujourd’hui les choses se concrétisent.

En effet, selon des sites d’informations marocains, l’Association sahraouie des victimes des violations des droits humains (ASVVDH), dirigée par Brahim Dahan, vient de recevoir le feu vert verbal de la part des autorités marocaines pour mener ses activités en toute liberté sur l’ensemble du territoire national.

C’est le président du Conseil national des droits humains, Driss Yazami, qui a joint personnellement la vice-présidente de cette association, Ghalia Jimmy, pour lui faire part de la décision, sans toutefois lui fournir un document officiel.

Il faut noter que le président de cette association, Brahim Daha, a été gracié par le roi Mohammed VI, en 2011. L’association est active depuis 2005, mais n’est en revanche pas encore reconnue par le ministère de l’Intérieur. Dans ce sens, cette annonce représente une première étape vers une éventuelle reconnaissance officielle.

De son côté, l’ASVVDH n’attend plus que de recevoir son récépissé. D’après Ghalia Djimi, le processus de légalisation devrait s’achever au retour de Brahim Dahan, actuellement hospitalisé dans un centre espagnol.

Par ailleurs, une autre association était attendue dans la liste des autorisées : le Collectif des défenseurs des droits de l’Homme au Sahara Occidental (CODESA), dirigé par Aminatou Haïdar. Son porte-parole, Mohamed Salem Lkahal, a estimé que l’ASVVDH a été autorisée grâce à sa politique qu’il qualifie de « modérée », contrairement à la CODESA, qui est, selon lui, beaucoup plus hostile au régime.

Rabat a bien choisi le moment pour annoncer cette décision, qui sera très certainement bien accueillie à l’échelle internationale, puisque le Conseil de sécurité de l’ONU adoptera, mardi prochain, une résolution au conflit du Sahara.