« Pop in Djerba », le retour festif de la Tunisie

La première édition du Festival des musiques « Pop in Djerba », aura lieu du 27 août au 1er septembre 2012 à Djerba, en Tunisie. Des artistes internationaux se produiront à cette occasion sur « La Grande Scène » et « La Scène Plage ». Un croisement de musiques pop, rock et électro qui promet de décoiffer.

Place à la musique ! Pendant cinq jours, Djerba la douce frémira aux rythmes pop, rock et électro à l’occasion de la première édition du festival « Pop in Djerba ». Du 27 août au 1er septembre prochain, des artistes tels que le groupe néo-zélandais Connan Mockasin, les Egyptian Hip hop, un haut standing anglais, ou encore Succes, un mix rock’n’roll et électro made in France, se produiront sur scène. Des chanteurs locaux seront aussi au rendez-vous à l’instar de Nawel & The Lilabox, la voix onirique des poètes arabes, ainsi que l’inévitable présence de Djerba International, aux influences multiples mixées aux sons djerbiens, sous l’égide de Kais Melliti. Et bien d’autres encore [[Connan Mockasin, Egyptian Hip Hop, Nawel And the Lilabox, Poni Hoax (Dj Set), Djerba International, Success, Haoussa, Thieves Like Us, College, Fangs, Mohamed Ali Ben Jemâa, Rampa, Moune Power, Mr Magnetix, &Me, Dj Gilb’R, Dj Kais…]].

Le projet est à l’initiative du franco-tunisien Kamel Salih, jeune producteur/tourneur. « Quand j’ai vu que la révolution avait réussi son passage, j’ai ressenti de la fierté. Cela faisait extrêmement longtemps que je n’avais pas eu ce sentiment. Avec l’ancien régime, je ressentais plutôt de l’injustice voire de l’humiliation pour mon pays », confie Kamel. « Après avoir achevé une tournée avec un groupe, j’ai eu du temps pour me consacrer à d’autres projets et j’ai eu comme un appel. J’ai voulu placer mon savoir-faire en Tunisie, travailler avec des artistes là-bas et continuer à diffuser ce sentiment de fierté. J’ai donc eu l’idée de créer un festival avec des liens inter-méditerranées, amener une autre vision du monde arabe et de la Tunisie en particulier ».

Une scène contemporaine

Sur le plan scénographique, « Pop in Djerba » privilégie les artistes contemporains aux entreprises d’évènementiel. Cette année, c’est Tony Regazzoni qui sera en charge de faire coïncider son art plastique et l’art de la scène. « Concevoir un projet scénographique n’est pas tout à fait comme concevoir une œuvre », estime l’artiste. « Invité à réaliser un projet de scénographie pour le festival Pop in Djerba, j’ai donc pris le parti d’en souligner la magie, la beauté, les mystères », affirme Tony.

En plus d’apprécier les musiques qui défileront tout le long du festival, le public découvrira une œuvre innovante et accessible. C’est cette approche transdisciplinaire que les organisateurs veulent mettre en avant.

Une stratégie, trois axes

« Pop in Djerba », c’est « agir pour le dialogue et la coopération interculturels, la jeunesse, la cohésion, la diversité et la mixité sociale ». Les tarifs seront adaptés afin de permettre à tous ceux qui le souhaitent d’assister au festival : « Agir pour la démocratie, la démocratisation culturelle, la citoyenneté et la mise en réseau des sociétés civiles ». « Pop in Djerba », c’est aussi et surtout une occasion de relancer le tourisme en Tunisie. Celui-ci connaît une crise depuis la révolution de Jasmin. « Agir pour le développement social et humain à travers un modèle d’économie créative innovant ».

« Ce festival sera synonyme de solidarité et de fraternité »

« Quand je suis arrivé en Tunisie avec mon projet, j’ai constaté qu’il y avait un tissu associatif assez important. J’ai compris que je n’allais pas être seul dans ce projet. Pendant le festival, un espace « village associatif et citoyen » sera donc consacré aux associations tunisiennes qui auront la possibilité de rencontrer les jeunes », confie Kamel avant d’ajouter qu’il souhaite mettre à bas les clichés. « La Tunisie est perçue comme un pays où il est simplement possible de passer des vacances discount. J’ai envie de montrer une autre facette du pays. Avec la pop et le rock, je veux que Tunis trouve sa place dans le monde des festivals internationaux ».

Un festival qui tombe à pic. Tunisiens et habitants du monde sont invités à y prendre place. De quoi détendre l’atmosphère dans une Tunisie qui en voit de toutes les couleurs depuis ce fameux 14 janvier 2011. Kamel et son équipe entendent redonner à la Tunisie la place qu’elle mérite dans le monde de la musique. Un bon coup de peps ! Et Kamel de conclure : « J’espère que ce festival permettra aux gens de se rencontrer. La rencontre des énergies autour de l’art contemporain et la fin des clichés. J’espère que ce festival sera synonyme de solidarité et de fraternité ».

Sur Internet :

 popindjerba.com

Sur Facebook :

 facebook.com/FestivalPopInDjerba