Polémique après un classement des chefs d’Etat africains les plus riches


Lecture 2 min.
arton43352

Un classement des chefs d’Etat africains les plus riches attribué à Forbes a fait l’effet d’une bombe dans plusieurs pays du continent, provoquant une vive polémique.

Un classement des chefs d’Etat africains les plus riches du continent a fait l’effet d’une bombe. Tout a commencé lorsque le site www.richestlifestyle.com, a publié un classement des neuf chefs d’Etat les plus riches en Afrique, en 2014. Et à la tête du classement, le Président angolais Eduardo Dos Santos, avec 20 milliards de dollars.

L’information est rapidement classée parmi les plus populaires. Sur le continent, elle est reprise par pas mal de médias, qui l’ont tous commentée, allant jusqu’à l’attribuer au célèbre magazine américain Forbes. Au Cameroun, le quotidien Mutations a titré l’information à sa Une, annonçant que le Président camerounais Paul Biya est le 5ème plus riche d’Afrique, avec une fortune évaluée 200 millions dollars.

Les réactions face à l’information qui s’est propagée comme une traînée de poudre ont fusé . Le directeur de Forbes Afrique, Michel Lobè Ewané, a publié un communiqué pour démentir la paternité de ce classement. « Michel Lobé Ewané, directeur Afrique de Forbes Afrique informe l’opinion et la presse que Forbes n’a jamais publié de classement des chefs d’Etat les plus fortunés d’Afrique », indique le texte paru ce 9 octobre dans le quotidien Cameroon Tribune. Michel Lobé Ewané rappelle également que le fameux classement n’existe nulle part sur le site Web de Forbes. Il précise que le site richestlifestyle.com « n’a aucun lien avec le Groupe Forbes Media ».

Réaction virulente du Nigeria

Au Nigeria, la Présidence a réagi de manière plus virulente, menaçant de mener des poursuites contre ceux qui ont diffusé cette information, après le classement du Président Goodluck Jonathan en 6ème position, pour une fortune de 100 millions de dollars. « Le Président Jonathan n’a jamais été un homme d’affaires ou un entrepreneur (…) L’affirmation selon laquelle le Président Jonathan vaut désormais quelques 100 millions de dollars implique que le Président s’est enrichi grâce à la corruption depuis qu’il a pris ses fonctions (en 2010), ce qui n’est certainement pas le cas ».

La Présidence nigériane exige un démenti et des excuses sans réserves de la part de RichestLifestyle.com, et de tous ceux qui ont reproduit cet article déplaisant », menaçant de saisir « les tribunaux au Nigeria et à l’étranger ». Pour l’heure, les autres Etats n’ont pas encore réagi. Une affaire à suive…

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter