Poisson d’avril n’est pas une blague

Attendu au tournant après le succès de  » 1er Gaou « , Magic System s’en sort honorablement avec  » Poisson d’avril « , son deuxième album. Album qui, malgré le titre, n’est pas une plaisanterie. Peut-être un peu meilleur que le premier opus, il recèle au moins une ou deux bombes en puissance.

 » Poisson d’avril « , le nouvel opus de Magic System commence, tout comme dans son premier album, sur les chapeaux de roue, en offrant d’emblée son meilleur titre. Titre auquel il donne d’ailleurs son nom. Dans la droite continuité du monstrueux tube  » 1er Gaou « , on se dit que le quatuor ivoirien a décidément la recette du succès. Mais le soufflet retombe quelque peu et le groupe n’arrive malheureusement pas à insuffler la même énergie au reste de la production. Pour autant Magic System prend musicalement un peu de galon et l’album apparaît de meilleure facture que le précédent.

Si tout le monde aura dansé sur le titre  » 1er Gaou « , d’aucuns auront été déçus par l’album du même nom. Trop inégal artistiquement, ses textes pouvaient aussi choquer. Travers dans lesquels  » Poisson d’avril  » ne sombre heureusement pas corps et âme.

Un brin d’afro-zouk

On notera l’apport bienvenu de nuances afro-zouk dans l’album qui – notamment dans  » Un Gaou à Paris  » ou le morceau  » Popo Dipoé  » en duo avec la Sud-Africaine Brenda Fassie – lui apportent un indéniable plus. Et si tous les titres ne valent pas le premier, il en est qui tiennent largement la route. Les percussions se font plus fortes, plus généreuses et remplissent en cela leur office de pulsation rythmique. Les cuivres font aussi une apparition remarquée et insufflent un brin de fraîcheur musicale sur quelques-unes des productions.

Pour autant,  » Poisson d’avril  » s’essouffle assez rapidement. Une chute fort heureusement enrayée par le très dansant  » Syndicat « , judicieusement placé au milieu d’un album dont toute la fin aurait sinon été sans grand intérêt. Les paroles, quant à elles, plus consensuelles, ne sont plus marquées par les prises de positions déroutantes du premier album, et c’est tant mieux. Au final, Magic System s’en sort avec les honneurs. Une suite encourageante à découvrir avec intérêt.

Commander le disque : Magic System  » Poisson d’avril  » 2001 JPS Production.