Plus de 300 000 armes en circulation en Algérie

Plus de 300 000 armes sont actuellement en circulation sur le territoire national, indique le quotidien «El Moudjahid» qui cite des sources de la gendarmerie nationale.

Selon la gendarmerie nationale algérienne, les narcotrafiquants et les contrebandiers sont, aujourd’hui, lourdement armés pour faire face aux forces de sécurité. Les enquêtes menées par les services de la gendarmerie ont révélé, selon les mêmes sources, que des personnes détiennent des fusils de chasse et même des armes de guerre armes sans autorisations. Certaines armes artisanales détenues illégalement sont fabriquées dans des ateliers clandestins.

Les mêmes investigations ont permis aux gendarmes de constater que plusieurs types d’armes sont détenus par des citoyens, notamment dans les régions de l’intérieur du pays. Tout en signalant l’ampleur qu’a pris le phénomène du trafic d’armes et ses répercussions sur la sécurité, la gendarmerie nationale indique que ce trafic fait partie du crime organisé qui englobe le trafic des stupéfiants, de véhicules de métaux précieux, etc.

«El Moudjahid» signale, en outre, que les études théoriques et pratiques des gendarmes ont conclu à l’existence d’une connexion entre les narcotrafiquants et les trafiquants d’armes. Preuve en est le recours aux armes de guerre par les narcotrafiquants pour tenter de sécuriser leurs convois. Au courant de l’année 2009, les statistiques de la gendarmerie nationale font état de 15 accrochages entre les forces de sécurité et les narcotrafiquants. Les mêmes statistiques révèlent d’importantes saisies d’armes et de matériel roulant durant l’année 2009, notamment 42 véhicules, 4 fusils mitrailleurs Kalachnikov, 7 PM/AK, 16 téléphones portables Thuraya, 3 GPS, plus de 45.000 paquets de cigarettes et 2 motos. En 2008, le bilan faisait état de la récupération de 16 véhicules, 2 fusils de type Kalachnikov, 4 PM/AK, 4 téléphones portables Thuraya et 1GPS.

Le trafic d’armes est concentré essentiellement dans les wilayas du sud-ouest

Les services de la gendarmerie ont, en outre, indiqué que pour le seul mois de janvier 2010, les unités territoriales relevant des groupements de gendarmerie ont réussi à récupérer 27 armes de différents calibres et une importante quantité de munitions.

Les armes récupérées sont 21 fusils de chasse, une arme de guerre, 4 armes de poing et une arme artisanale. Au courant de ce même mois, plus d’une centaine d’affaires liées au trafic d’armes et de munitions ont été traitées, à travers l’ensemble du territoire national. Sur un total de 125 personnes impliquées 44 ont été placées sous mandat de dépôt en attendant d’être jugées.

Selon la cellule de communication du commandement de la gendarmerie nationale, citée par le même quotidien, le trafic d’armes est concentré essentiellement dans les wilayas du sud-ouest notamment Tindouf, Tamanrasset, Adrar, Béchar et dans la région de Tlemcen. Ces régions constituent, selon les mêmes sources, de véritables plaques tournantes du trafic d’armes. Les services de gendarmerie ont également découvert plusieurs ateliers de fabrication d’armes artisanales dans la wilaya de M’sila.

Pour faire face à ce trafic, la gendarmerie nationale, indique qu’elle œuvre à adapter ses moyens et ses actions par la globalisation de ses dispositifs de lutte. Enfin, les mêmes sources rappellent que les gendarmes ont réussi, durant l’année 2009 à résoudre plus de 1.000 affaires de trafic d’armes et de munitions ce qui représente une baisse de 4,59%, comparativement à l’année 2008. Les éléments de la gendarmerie ont appréhendé plus de 1.200 personnes impliquées dans ces affaires, en 2009.

par Djamel B, pour Le Quotidien d’Oran