Planet Sida

Planet Africa met en réseau, via Internet et le courrier électronique, les associations africaines de lutte contre le sida. Pour les informer et les épauler.

Les associations qui luttent contre le sida existent en Afrique. Mais la plupart du temps, elles sont isolées, manquent de moyens, donc de visibilité et communiquent peu entre elles. C’est pour pallier tous ces problèmes que Planet Africa a été créée il y a 5 ans par Act up Paris et RAP+ (Réseau des personnes avec le VIH/sida).

Le but de Planet Africa : mettre en réseau, via Internet et le courrier électronique, des associations de malades, basées plus spécialement en Afrique de l’Ouest. Sur le site, on trouve donc les associations qui participent à ce réseau au Burkina Faso, Cameroun, Mali, Côte d’Ivoire, Burundi, Sénégal, Togo, mais aussi Ouganda, Kenya, Afrique du Sud ou Maroc.

Lettre ouverte

Planet Africa s’efforce de collaborer au maximum avec ces pays pour leur donner des informations sur le virus, les tenir au courant des dernières avancées médicales et des grands débats en cours. En ce moment, l’actualité est tournée vers le Qatar et l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Planet Africa marque le coup avec une lettre ouverte virulente.  » Les gouvernements africains ont demandé un moratoire devant l’OMC sur les actions menées à l’encontre des pays pauvres qui veulent recourir à des médicaments copiés, moins coûteux. Si l’OMC le leur refuse, elle aura choisi son camp : celui des pays riches. En renforçant le monopole des grandes compagnies pharmaceutiques occidentales elle continuera ainsi d’entraver l’accès aux traitements.  »

Le ton est donné. Planet Africa, à l’instar d’Act up Paris ne mâche pas ses mots et interpelle les gouvernements aussi bien que les organisations internationales afin de  » réaffirmer la nécessité absolue d’intégrer systématiquement l’accès aux soins et aux traitements dans les politiques de lutte contre le sida promues par les principaux bailleurs de fonds « .

Planet Africa se déplace sur le terrain, à la rencontre des associations, pour mieux cibler les besoins, les attentes, soutient des campagnes locales (comme la campagne 2001 au Cameroun pour l’amélioration de l’accès au Cotrimoxazole, un médicament qui permet de lutter contre les maladies opportunistes) et joue le rôle de relais entre les associations et les institutions. Pour que les malades, comme ceux qui luttent à leurs côtés, se sentent moins seuls.

Découvrir Planet Africa.