Cancer du col de l’utérus : de l’efficacité des tests urinaires !

Les résultats d’une étude publiée dans la revue médicale British Medical Journal concluent que les tests urinaires, moins invasifs que les frottis, pourraient être utilisés pour détecter les papillomavirus, et ainsi permettre de réduire le nombre de cancers du col de l’utérus.

Selon les résultats d’une étude publiée dans la revue médicale British Medical Journal, les tests urinaires, moins invasifs que les frottis, pourraient être utilisés pour détecter les papillomavirus, et ainsi permettre de réduire le nombre de cancers du col de l’utérus.

Virus très répandus qui se transmettent principalement par voie sexuelle, les papillomavirus sont éliminés naturellement par l’organisme avant même qu’ils n’aient le temps de causer une maladie. Il a été indiqué que jusqu’à 80 % des femmes sexuellement actives sont infectées par des papillomavirus. Mais, dans 10% des cas, ils évoluent et sont à l’origine de différentes maladies, notamment le cancer du col de l’utérus, les verrues génitales ou encore le cancer anal.

Selon les chercheurs de l’Université de Manchester l’efficacité des tests urinaires est proche de celle des frottis, car ils sont assez « similaires » quoique le frottis semble un petit peu plus performant. La fiabilité du test urinaire étant de 73% dans le cas d’un résultat positif et de 98% dans le cas d’un résultat négatif. Ainsi, détectés normalement par frottis lors d’une consultation gynécologique, les papillomavirus pourraient être diagnostiqués par un simple test urinaire.

Pour les chercheurs, « la détection des HPV dans l’urine est une méthode non invasive, facilement accessible et acceptable pour les femmes », précisant que « ce type de test peut améliorer le dépistage des femmes réticentes à faire des frottis ».