Ouganda : vendredi noir à Kampala

Les protestations de ce vendredi dans la capitale ougandaise, Kampala, ont fait au moins deux morts et cent vingt blessés. La rumeur du décès de Kizza Besigye, leader de l’opposition arrêté jeudi pour la quatrième fois en moins d’un mois, serait à l’origine de ces manifestations.

Plusieurs quartiers populaires de la périphérie de Kampala, la capitale de l’Ouganda, se sont embrasés ce vendredi et les manifestants ont été violemment réprimés. Selon la Croix-Rouge ougandaise, le bilan provisoire serait d’au moins deux morts et plus de cent vingt blessés, dont une dizaine par balles. Cependant, les chiffres fournis par le quotidien national Monitor attestent d’un bilan plus lourd. Il y aurait 4 morts. Parmi les victimes, se trouvent des femmes et des enfants. Une information confirmée par New Vision, un autre journal ougandais qui relate qu’un enfant de dix ans et une femme enceinte ont été blessés durant les affrontements entre les manifestants et les forces de l’ordre. L’hôpital Mulago, où la plupart des blessés ont été transféré est débordé. « Il y a beaucoup de patients, mais aucune donnée sur le nombre de blessés ou de morts. Nous sommes débordés maintenant », a déclaré Dan Kimosho, le porte-parole de l’hôpital. Les victimes soufrent pour la plupart d’ecchymoses et des effets des gaz lacrymogènes.

Les émeutiers ont érigé des barricades et brûlé des pneus sur des avenues du centre-ville, tandis que d’importants éléments de la police anti-émeutes et la police militaire tentaient de dégager les routes et les disperser à coup de grenades lacrymogènes. Les troubles ont « commencé ce matin quand des groupes de jeunes se sont mis à brûler des pneus et ont installé des barricades de fortune autour du marché de Kiseka », a déclaré à l’AFP Judith Nabakooba, une porte-parole de la police. « Nous contenons les protestataires », a-t-elle ajouté. Le ministre des Affaires intérieures, Kirunda Kivejinja, a indiqué que près de 360 personnes ont été interpellés par la police « dans le cadre de ses prérogatives constitutionnelles, à rétablir l’ordre et la sécurité »

Kizza Besigye n’est pas mort

Judith Nabakooba a indiqué « ne pas encore avoir établi « la cause des violences ». Pourtant selon de nombreux médias, les émeutes se seraient déclenchées suite à la rumeur de la mort de Kizza Besigye, le leader de l’opposition dans le pays. La fausse information a par la suite été rapidement relayée par Twitter et les réseaux sociaux, plateformes que le gouvernement tente de neutraliser, rapporte BBC News. Robert Ssekandi, taxi moto de 41 ans, a expliqué que « nous manifestons parce que Besigye a été arrêté si violemment ». »Comment peut-on traiter un être humain de cette façon? Nous devions passer à l’action » a t-il déclaré.

Le chef du Forum pour le changement démocratique (FDC) a été interpellé pendant quelques heures jeudi pour la quatrième fois en l’espace de moins d’un mois. La police ougandaise l’a violemment extirpé de sa voiture, faisant voler ses vitres en éclat et l’aspergeant de gaz lacrymogène, selon un témoin. La veille, il avait déjà été arrêté puis remis en liberté conditionnelle. Kizza Besigye, médecin de profession, est l’un des fondateurs d’un mouvement de protestation contre la vie chère, « Walk to Work », qui a démarré le 11 avril. Il est sous le coup de plusieurs chefs d’inculpations, dont un pour incitation à la violence et participation à un rassemblement illégal. L’opposant devait se rendre ce vendredi au Kenya pour se faire soigner. «Il ne voit toujours pas et souffre beaucoup », a confié à Reuters Anne Mugisha, l’une des responsables du Forum pour le changement démocratique.

Le président de la République d’Ouganda Yoweri Museveni au pouvoir, depuis 1986, a interdit toute manifestation après sa réélection le 20 février dernier face au leader de l’opposition. Jeudi, l’administration américaine a jugé inquiétants les traitements subis par le candidat malheureux à la présidence et les personnes qui tentent d’organiser des manifestations pacifiques.