Ouganda : la petite nièce de 18 mois de Bobi Wine enfin évacuée


Lecture 3 min.
Bobi Wine niece

Une nièce d’à peine de 18 mois du chef de l’opposition ougandaise, Robert Kyagulanyi alias Bobi Wine, a été « évacuée en toute sécurité » de la résidence du politicien à Kampala. Elle avait été enfermée avec le leader de la Plateforme pour l’unité nationale (NUP) et son épouse Barbara, depuis le 15 janvier, par l’armée ougandaise.

Après avoir dénoncé le scrutin présidentiel du 14 janvier dernier donnant vainqueur le Président Yoweri Museveni, qui entame un sixième mandat record à la tête de l’Ouganda, le chef de l’opposition ougandaise, Robert Kyagulanyi alias Bobi Wine, avait été enfermé avec son épouse Barbara et une nièce de 18 mois, depuis le 15 janvier, par l’armée ougandaise. Le bébé a finalement été « évacuée en toute sécurité» de la résidence du politicien, à Kampala.

S’adressant à CNN, Bobi Wine a indiqué que sa nièce, coincée dans la maison, sans nourriture et sans accès à son père parce que personne n’était autorisé à sortir ou à entrer dans l’enceinte, avait été « évacuée » vendredi. « Je suis heureux d’informer le monde que le bébé a été évacué, alors que mes avocats ont été très brièvement autorisés à entrer », a annoncé Bobi Wine.

« Sixième jour en résidence surveillée et nous sommes toujours coincés avec un bébé de 18 mois qui avait rendu visite à sa tante (ma femme) avant que nous ne soyons attaqués et assiégés. Le père s’est vu refuser l’accès. Nous n’avons plus de nourriture ni de lait. Personne n’est autorisé à sortir ou à entrer dans notre concession », avait-il tweeté plus tôt.

Le 16 janvier dernier, l’ambassadrice américaine en Ouganda, Natalie Brown, a été bloquée après avoir tenté de rencontrer le chef du NUP pour vérifier son état de santé. Selon le porte-parole du gouvernement, Ofwono Opondo, les États-Unis « se mêlaient de leurs affaires internes » dans le but de « provoquer un changement de régime ». « De toute évidence, nous savons tous que l’ambassadrice Natalie Brown et le système américain ici, l’USAID… ont financé Bobi Wine et d’autres entreprises au mépris évident des normes diplomatiques, avec pour objectif principal de déstabiliser le gouvernement ougandais et de provoquer un changement de régime hors du cadre constitutionnel. Nous la surveillons en retour, vous pouvez lui dire cela », a déclaré Opondo.

Tous les regards se tournent désormais vers la Haute Cour qui se prononcera, lundi 25 janvier, sur une affaire dans laquelle Bobi Wine poursuit le procureur général, le chef des forces de défense et l’inspecteur général de police. Le leader de l’opposition conteste son assignation à résidence de facto d’une semaine par l’armée. « La Haute Cour de l’Ouganda dit qu’ils vont venir chez nous lundi… mais en attendant, notre maison est entourée de centaines de soldats, et ils ont même sauté par-dessus la clôture et ont pris le contrôle de notre complexe. Cette détention dans ma maison est illégale », a dénoncé Bobi Wine.

« C’est parce que le général Museveni est conscient qu’il a perdu cette élection, que je suis maintenu en détention illégale et que je ne suis pas autorisé à rencontrer ma famille, je ne suis pas autorisé à rencontrer mon médecin et tous mes avocats. Ils ont été empêchés de me rencontrer », a ajouté Bobi Wine sur CNN.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter