Ouattara aux Ivoiriens : « Séchez vos larmes et mettez-vous au travail »

Alassane Ouattara y a tenu et l’a réussi. Le pari de la mobilisation autour de son investiture et surtout autour de la Côte d’Ivoire a été un succès quasi-total. Alassane Dramane Ouattara, « l’enfant pauvre » de la politique ivoirienne, toujours critiqué et longtemps éloigné de la scène politique pour des questions identitaires a réussi, enfin, à obtenir la cinquième place au rang des illustres chef d’Etat de Côte d’Ivoire. Après Houphouët Boigny, dont il compte répercuter l’œuvre, Henri Konan Bédié (1993-1999) son aîné, le Général putschiste Guéï Robert (1999-2000) et Laurent Koudou Gbagbo (2000-2010), en résidence surveillée à Korhogo.

De notre envoyée spéciale

Après une brillante carrière d’économiste, une longue pratique du pouvoir politique dans l’ombre du premier Président de la République de Côte d’Ivoire et une crise à rebondissement lors du second tour de la présidentielle 2010, ADO est enfin aux affaires. Le Dr Alassane Ouattara a été élevé au rang de Grand Maître de Mérite National en recevant ce samedi matin, à la Fondation Félix Houphouët Boigny pour la Recherche de la Paix à Yamoussoukro, le Grand Collier des mains de la Grande Chancelière, Henriette Dagri Diabaté, nommé à ce poste par décret présidentiel le 13 mai dernier.

Dans son discours d’investiture, ce 21 mai, à ces illustres homologues venus en nombre et accompagnés de leurs épouses, le nouveau Président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara a exprimé «un profond sentiment de gratitude envers tout le monde entier… Particulièrement à la France». Aux ivoiriens, il a recommandé de reconsidérer les piliers du développement, de se rassembler afin de consolider la paix. Sans omettre ses prédécesseurs Félix Houphouët Boigny et Henri Konan Bédié à qui il a rendu un vibrant hommage et sa défunte mère Nabintou Cissé et enfin son épouse Dominique vêtu dans un tailleur sombre et sobre.

Des solutions « d’excellence » pour la Côte d’Ivoire…

Au nombre de ses solutions pour la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara a promis dans un premier temps de porter une attention particulière aux plus démunis, d’ apporter un appui aux entreprises pourvoyeuses d’emplois, de redonner espoir à la jeunesse en assurant son éducation et sa formation par la création d’emploi. Le nouveau président a dit toute sa volonté de donner la priorité aux femmes et de rehausser leur rôle dans l’équilibre de la société ivoirienne. Aux paysans, le Président de la République a promis la réorganisation de la filière agriculture pour une juste rétribution de leur travail. Les soins de base et le renforcement des infrastructures font partie de ses travaux futurs.

Alassane Ouattara a également annoncé les couleurs de son prochain gouvernement. Qui selon ses dires sera largement ouvert avec la présences de toutes les représentations politiques de Côte d’Ivoire et de la société civile, avec des membres recrutés sur la base « de la compétence, du mérite, de la probité et de la respectabilité ». Les élections législatives, selon le Président se tiendront avant la fin de l’année en cours.

Le Chef de l’Etat a tenu particulièrement à rappeler à tous ses sympathisants que cette cérémonie n’est pas la célébration de la victoire d’un camps mais plutôt celle de la fraternité retrouvée. Aussi a-t-il invité les uns et les autres à plus d’implication dans le processus de Réconciliation. Une réconciliation, rappelons-le, enclenchée après l’arrestation de l’ancien Président Laurent Gbagbo, le 11 avril 2011 à Abidjan, dans sa résidence de fonction d’où il avait été contraint par les bombardements aériens de la force Licorne de la France, de l’Onuci et les forces Républiques de Côte d’Ivoire (FRCI) a reconnaître l’élection de Alassane Dramane Ouattara comme président de la République à l’issue du second tour de la Présidentielle du 28 novembre 2010.

Cette cérémonie a eu, outre les délégations étrangères et les casiques du RHDP, la participation du Président de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire, l’Honorable Mamadou Koulibaly, militant du Front Populaire ivoirien de Laurent Gbagbo. Une présence pas vraiment apprécié par de nombreux participants qui l’ont littéralement hués, ce samedi matin à son arrivée à la Fondation.