Otages au Cameroun : une rançon aurait été versée

Selon I-télé, une rançon de 7 millions de dollars aurait été versée pour libérer la famille Moulin-Fournier enlevée le 19 février au nord du Cameroun et détenue pendant deux mois au Nigeria par Boko Haram. Plusieurs membres importants de la secte islamiste ont par ailleurs été relâchés.

Le président français François Hollande aurait menti ? Selon la chaîne française I-télé, une rançon de 7 millions de dollars a été versée aux ravisseurs de la famille Moulin-Fournier pour obtenir leur libération le 19 avril.

« Selon la chaîne qui cite des sources locales, les sept millions de dollars auraient pu être versés directement sur les fonds du président camerounais Paul Biya ou par le groupe GDF-Suez pour lequel travaille Tanguy Moulin-Fournier, le père de la famille enlevée », rapporte LeNouvelObs.com.

Toujours d’après Olivier Ravanello, journaliste à I-Télé, 16 détenus de Boko Haram, la secte islamiste qui détenait depuis deux mois la famille française, ont été libérés pour favoriser la libération des sept otages français.

Hollande et Fabius ont menti ?

Les révélations de la chaîne française viennent démentir la version fournie par le président français François Hollande. L’occupant actuel de l’Elysée avait affirmé catégoriquement que, aucune rançon n’avait été versée.

« Vous connaissez la position de la France : nous recherchons tous les contacts, nous utilisons les intermédiaires qui sont les plus utiles, mais nous ne cédons pas sur les principes », avait rappelé François Hollande, le 19 avril lors d’un point presse. Questionné sur le versement de rançons, le président français avait assuré : « Je crois avoir été suffisamment clair pour dire que nous ne changeons pas notre principe, qui est le non versement par la France de rançons ».

En ce qui concerne la requête de Boko Haram sur la libération de ses dignitaires détenus au Cameroun et au Nigeria, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius l’avait même jugée « hors de portée de la France ».

Huit Français détenus en Afrique

Depuis l’enlèvement de la famille Moulin-Fournier, le 19 février à l’extrême nord du Cameroun, Paris s’est toujours refusé de céder aux revendications de la secte islamiste. De peur de renflouer les ravisseurs et de favoriser un appel d’air. Si l’on en croit I-télé, les autorités françaises auraient enfin de compte lâché du lest.

Interrogé en février par LeNouvelObs.com, Marc-Antoine de Montclos, chercheur à l’Institut de recherche pour le développement à Paris, affirme que « Boko Haram est de plus en plus obligé de se financer localement par des activités criminelles. Et on sait très bien qu’aujourd’hui que la nationalité française se vend beaucoup mieux (que les autres) sur le marché de la rançon ». Et d’ajouter : « C’est pourquoi je pense qu’il y a encore de la place pour une négociation financière ».

Rappelons que huit (autres) Français sont actuellement détenus en Afrique subsaharienne.