Organisateurs du Fiben : Prenez l’Afrique au sérieux !

C’est ce vendredi que démarre (en principe) la première édition du Festival international de la beauté noire (Fiben) dont nous sommes l’un des partenaires. Vous avez sûrement lu notre entretien avec l’instigateur de l’événement. Mais la montagne va certainement accoucher d’une souris.

C’est ce vendredi que démarre (en principe) la première édition du Festival international de la beauté noire (Fiben) dont nous sommes l’un des partenaires. Vous avez sûrement lu notre entretien avec l’instigateur de l’événement. Mais la montagne va certainement accoucher d’une souris. En tous cas, les couacs organisationnels que connaît le Fiben ne laissent présager rien de bon. D’international, le festival est devenu « local » selon ses organisateurs, dont même à Libreville on est mécontent. Pourtant, le concept était prometteur. Le Fiben serait devenu le seul salon francophone dédié à la beauté noire. L’Afrique n’en avait qu’un, anglophone, celui qui se tiendra en juillet prochain en Afrique du Sud. Il restera certainement encore pour quelques années l’unique évènement de ce genre sur le continent.

Et pour cause, le Fiben ne tiendra pas ses promesses. Les espoirs qui ont été nourris concernant cet évènement ont été tout simplement déçus. C’est pourquoi, Afrik s’excuse auprès de ses lecteurs pour avoir cautionné une telle manifestation. Une manifestation qui avait été lancée en grandes pompes et qui s’annonçait sous les meilleures auspices. Un beau site, une belle plaquette, une campagne de communication efficace…Tout ça pour ça ! Que s’est-il passé ? On ne le saura peut-être jamais… Mais une chose est sure, le Fiben vient de perdre toute sa crédibilité. Le mal est fait et toutes les tentatives futures seront certainement pénalisées par cette aventure scabreuse.

Arrêtons de gaspiller l’argent et le temps des gens alors que le continent en a besoin pour se développer ! Nous ne sommes pas fiers de l’image que certains donnent de l’Afrique. Mais ne venons-nous pas, par ce genre d’attitude – celle des organisateurs du Fiben -, confirmer les préjugés des afropessimistes ? Notre propos ici n’est pas de vilipender le Fiben, ni de donner des leçons à qui que ce soit ! Nous constatons juste qu’il y a un problème et que nous devons en parler pour nous donner les moyens de ne plus faire ou refaire les mêmes erreurs. Nous utilisons notre plume pour dire que nous en avons assez de soi-disant évènements sur le continent qui finissent en queue de poisson. Il suffit ! Il y va de notre crédibilité à tous, nous qui travaillons pour l’Afrique. Prenons-nous au sérieux pour que l’Afrique soit prise au sérieux !