ONU : un humanitaire tué par des hommes armés dans le Nord-Ouest camerounais

la coordinatrice des affaires humanitaires du système des Nations Unies au Cameroun Allegra Baiocchi

Dans un communiqué daté du 1er décembre 2019, la coordinatrice des affaires humanitaires du système des Nations Unies au Cameroun, Allegra Baiocchi a accusé des hommes armés d’avoir enlevé puis assassiné le 30 novembre dernier Pascal Ngwayi, président de l’ONG humanitaire COMINSUD, partenaire de l’ONU. L’assassinat, selon le communiqué, a eu lieu dans un village du Donga Mantung, au Nord-Ouest anglophone du Cameroun où il se rendait pour une action humanitaire en faveur des victimes du conflit qui sévit dans le Cameroun anglophone depuis 2016. Cet acte attribué aux milices séparatistes, a été «fermement condamné» par Mme Allegra Baiocchi, coordonnatrice humanitaire des Nations Unies au Cameroun.

«Je suis profondément attristée par la nouvelle de l’exécution horrible d’un travailleur humanitaire la nuit dernière. Au nom des Nations Unies et de l’ensemble de la communauté humanitaire, nos plus sincères condoléances vont à sa famille, à ses amis et à ses collègues», a déclaré la diplomate onusienne dans une déclaration publiée le 1er décembre.
«Les travailleurs humanitaires risquent tout pour pouvoir aider les plus nécessiteux. Ils doivent être respectés et protégés, pas ciblés. La poursuite des attaques contre les travailleurs humanitaires ne fait qu’aggraver les souffrances des civils, car nous ne pouvons mener des opérations en toute sécurité. Le ciblage délibéré de l’aide et des travailleurs humanitaires constitue un crime de guerre», martèle Mme Baiocchi.

«L’Organisation des Nations Unies réitère son appel à tous les acteurs armés pour assurer la protection des travailleurs humanitaires, pour respecter pleinement le droit international humanitaire et relatif aux droits humains, ainsi que pour respecter les principes humanitaires d’humanité, de neutralité, d’indépendance et d’impartialité», précise la déclaration.