Ondébé : le village-phalanstère de Jean-Dominique Okemba

Centre de santé intégré d'Ondebé et château d'eau

On se souvient du « phalanstère », concept très en faveur dans les milieux intellectuels au XIXe siècle, élaboré par les penseurs socialistes français et promu par des industriels humanistes comme les Godin à Guise ou les Bonnet à Jujurieux… Charles Fourier l’avait rêvé, Jean-Dominique Okemba l’a réalisé à Ondebé.

On se souvient du « phalanstère », concept très en faveur dans les milieux intellectuels au XIXe siècle, élaboré par Charles Fourier et promu par des industriels humanistes comme les Godin à Guise, ou les Bonnet à Jujurieux… Il organise le regroupement des éléments considérés comme nécessaires à la vie harmonieuse d’une communauté dans une structure d’habitat unitaire et cohérente.

Charles Fourier l’avait rêvé, Jean-Dominique Okemba l’a réalisé à Ondebé : partant d’un modeste village de la Cuvette qui souffrait de l’exode rural, causant le départ vers Oyo ou même Brazzaville d’une partie de ses habitants, en quête, notamment, de conditions de vie plus confortables, le Ministre et Conseiller spécial du Président Denis Sassou N’Guesso, a réussi à construire un véritable «phalanstère» remarquablement organisé, doté de l’ensemble des fonctions nécessaires à un habitat moderne.

Centre de santé intégré d'Ondebé et château d'eau

L’eau d’abord : un château d’eau, à l’entrée du village, permet sa circulation. L’électricité, évidemment : une ligne électrique permet à Ondebé de bénéficier du réseau national. La santé, ensuite : un Centre de santé permet un suivi médical permanent de la population. Les unités d’habitation sont regroupées par trois, autour de blocs sanitaires permettant l’accès de tous à des toilettes et douches.

Unités d'habitation groupées par trois autour des toilettes / salles d'eau

Santé et propreté assurées, l’enjeu majeur du développement, c’est l’Ecole. A Ondebé, inaugurée le 1er septembre 2013, l’Ecole tient une grande place, et elle a été réalisée de manière à permettre aux écoliers d’utiliser le meilleur des nouvelles technologies de communication, Internet, les chaînes éducatives, le téléenseignement demain si nécessaire…

L’adjonction à l’école le 11 mars 2015 d’un centre multimédia doté de douze ordinateurs et d’une connexion haut débit permet aux élèves non seulement de se familiariser avec l’outil informatique, mais surtout d’accéder via Internet à une bibliothèque virtuelle infinie, à l’ensemble des travaux pédagogiques et d’éducation disponibles sur le réseau. Ainsi la ruralité n’est-elle plus un frein à leur ouverture sur le monde et à leur préparation pour des études plus longues.

Exemplaire école « Ghislain Aristide Okemba Dzonga »

Faire de cette école une école-modèle au cœur d’un phalanstère bien organisé, c’était évidemment la volonté de l’Amiral Jean-Dominique Okemba, lorsqu’il souhaita qu’elle porte le nom de Ghislain Aristide Okemba Dzonga, son fils aîné prématurément disparu le 13 mai 2011, et dont la mémoire est ainsi maintenue et honorée. Une manière exemplaire de dépasser la tragédie vécue et la peine ressentie pour donner un signal de confiance en l’avenir et affirmer une volonté éducative, au service des Lumières et du progrès de la connaissance.

L’humanisme en acte

L’humanisme n’est pas seulement un mot, une exigence qui guide la pensée. L’humanisme est d’abord une règle pour l’action, qui impose des actes et des engagements. En cohérence avec les efforts faits par le Congo pour développer l’éducation sur tout le territoire, et jusqu’au niveau universitaire, Jean-Dominique Okemba a fait de l’école d’Ondebé une école novatrice, exemplaire, inspirante.

Nul doute que les écoliers d’Ondebé bénéficient aujourd’hui des mêmes chances de réussite que n’importe quel enfant de Brazzaville ou de Pointe Noire. Et nul doute qu’ils sauront mettre à profit ces atouts pour frayer leur chemin au XXIème siècle.

Une maison dans le coquet village d'Ondebé