On parle des TIC dans l’océan Indien !

Du 18 septembre au 21 septembre 2018, la République de Maurice a accueilli des délégations d’Etats membres de la Commission de la Jeunesse et des Sports de l’Océan Indien (CJSOI) pour suivre une formation sur l’usage des technologies de l’information et de la communication.

Le 18 septembre dernier s’est ouvert au Centre de Jeunesse de Helvetia à Maurice, un stage sur l’usage des TIC, sous la Présidence de Stephan Toussaint, ministre de la Jeunesse et des Sports mauricien et en présence –notamment- de Modibo Traoré, directeur des programmes jeunesse de la Conférence des ministres de la Jeunesse et des Sports de la Francophonie (CONFEJES) et de Rajen Descann, secrétaire général de la CJSOI. Ce dernier devait permettre de définir des objectifs à atteindre dans la zone et d’établir un ensemble de recommandations.

Des objectifs clairs pour la région

Ce stage, qui était une sollicitation de la CJSOI soutenue par la CONFEJES, a réuni de jeunes participants des Etats membres.

Ainsi, des délégations des Comores, de Djibouti, de Madagascar, de Maurice (dont Agaléga), de Mayotte et des Seychelles étaient présentes à l’occasion de cette formation de haut vol dispensée par le docteur Alex Corenthin, expert de la CONFEJES et maître-assistant du Département Génie Informatique à l’école supérieure polytechnique (ESP) de Dakar.

Les objectifs fixés étaient d’acquérir des connaissances sur l’utilisation des TIC, de chercher à faire du numérique un des moteurs du développement et de la participation citoyenne des jeunes, de mettre en place une communauté d’apprentissage ou encore de développer chez les jeunes des différents territoires des compétences numériques afin de stimuler l’innovation et l’entrepreneuriat.

 Un ensemble de recommandations

Après quelques jours de cours, d’échanges et de visites de terrain (société Ceridian, Data centre du gouvernement, Rajiv Gandhi Science Centre…), les délégations sont parvenues à arrêter un package de recommandations afin de permettre d’avancer dans le domaine des nouvelles technologies.

Certains axes ont été particulièrement évoqués comme la promotion de l’usage de la technologie au niveau de la santé, le développement de la coopération régionale dans le domaine des TIC, une meilleure gestion des déchets technologiques ou encore la sensibilisation des parents et des enfants aux enjeux de l’internet.

La feuille de route est claire et à disposition des différents territoires, il ne suffit plus que de travailler à sa réalisation localement et dans le cadre des échanges inter-îles.