OMS : Ebola va encore durer « plusieurs mois »

La fièvre hémorragique Ebola qui sévit actuellement en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone pourrait encore durer « plusieurs mois » selon l’OMS.

Le virus Ebola pourrait encore sévir pendant « plusieurs mois » a annoncé le sous-directeur général chargé de la Sécurité sanitaire à l’OMS, Keiji Fukuda, notamment en raison de la volatilité de cette fièvre hémorragique. C’était à l’issue de la réunion de crise organisée par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) qui rassemblait mercredi et jeudi les ministres de la Santé des pays d’Afrique de l’Ouest.

Un « renversement de la tendance »

Il est « impossible de savoir de manière claire » jusqu’où ira l’épidémie, mais « je pense que nous allons devoir y faire face pendant plusieurs mois », a tenté de pronostiquer Keiji Fukuda, rapporte l’AFP. « J’espère vraiment que nous verrons un renversement de la tendance et une baisse du nombre de cas d’ici quelques semaines », a-t-il précisé.

Le virus Ebola provoque des fièvres hémorragiques ainsi que des vomissements et des diarrhées. L’OMS a déjà comptabilisé 21 épidémies de ce virus depuis qu’il a été répertorié pour la première fois en 1976 en République démocratique du Congo, là même où passe la rivière Ebola qui a donné son nom à la maladie.

Un taux de mortalité de 61,5%

Les différentes épidémies avaient jusque-là causé la mort de 1 587 personnes, ce qui représente deux tiers des personnes infectées, toujours selon l’organisation onusienne. Le taux de mortalité de l’épidémie actuelle est de 61,5%.

Il n’existe pas de vaccin ni de traitement contre cette maladie mais les chances de survie peuvent considérablement augmenter quand on administre aux malades du paracétamol pour contenir la fièvre, en le réhydratant et en soignant les différentes maladies secondaires qui se manifestent par des antibiotiques.

Le virus se transmet à l’homme par des animaux sauvages. Il se propage ensuite par transmission interhumaine : par contact direct avec le sang, par les liquides biologiques où les tissus des sujets et des animaux infectés.