Nuit de la Chanson Feminine

Honneur aux dames. La 2ème journée du festival Tamani a mobilisé l’attention du public autour de la condition féminine. Alors que le Mali est en pleine « quinzaine d’activisme » sur ce thème, les organisateurs ont convié le public à s’allier à la cause. Une manière originale de rendre hommage à toutes les femmes du pays.

Par notre envoyé spécial Akeem Kossoko.

La cérémonie d’ouverture des Tamani (Trophées de la Musique au Mali), mercredi dernier, a été l’occasion d’entrer de plein pied dans le festival. L’arrivée des artistes et des officiels constituait l’attrait de la matinée, tandis que les allocutions du Ministre de la Culture et du Délégué Général lancèrent les hostilités. Les prestations de Neba Solo, Abdoulaye Diabaté, Dj Senateur et Souleymane Ouattara, lors de la nuit « Spécial Balafon », ont prouvé l’étendue du savoir malien en la matière. La journée du jeudi 30 novembre a été marquée, pour ce qui la concerne, par des animations au Village Tamani, une conférence de presse avec les artistes Samba Touré et Oumou Soumaré, mais aussi et surtout par la « Nuit de la Chanson Féminine ». Les prestations de Babani Koné, Néné Soumano, Djénéba Seck, et Enyd étaient impatiemment attendues du côté du Palais de la Culture de Bamako. L’autre évènement de cette riche soirée se déroulait, après minuit, à l’Ibiza Club, pour « l’Hommage à Feu Douk Saga ».

Les Femmes règnent en maître au Palais de la Culture

Le programme officiel annonçait l’arrivée à Bamako de la zoukeuse Enyd’, mais l’occasion n’ayant pas été saisie, la délégation guadeloupéenne fit son apparition privée d’une artiste. Confirmation a tout de même été donnée pour ce qui est de la présence de Rony T et Christian Nara dans la capitale malienne.

Dès 21h30, une horde de femmes s’est attroupée devant le Palais de la Culture de Bamako. « La Nuit des Femmes » intéressait visiblement nombre d’entre elles. De l’aveu d’un des organisateurs de la soirée, « Les femmes maliennes répondent toujours présent à ce type d’évènement ». Chose qui ne tarde pas à s’avérer exacte compte tenu de l’énorme file d’attente qui se forme à l’entrée de la salle. La rumeur annonçe, à présent, l’absence de Djénéba Seck sur la liste des artistes. Celle qui avait remporté le Tamani d’Or, l’an dernier, ne sera pas de la fête. Qu’à cela ne tienne, la non moins grande Babani Koné est bel et bien en coulisse. Il va de même pour Oumou Jolie Touré, Botoma Kouyaté, Marietou Diabaté, Djekoria Fanta, Néné Soumano, Tenin Kouyaté, et Soumaïla Kanouté, seul homme sur la liste des artistes.

Les Femmes enflamment le Palais de la Culture de Bamako

Pour des besoins, semble-t-il, de retransmission télé, les premières prestations ont lieu en play-back, exercice peu maîtrisé par des artistes plutôt convaincants en live. Côté salle, le guichet fermé est loin d’être atteint, cependant une répartition astucieuse des spectateurs est opérée. Mention spécial, tout de même, aux spectatrices maliennes. Vêtues de leurs plus beaux atours, les différentes générations de femmes prêtent une particulière attention au déroulement du show. Connaissant par cœur, le répertoire des chanteuses défilant sur scène, leur réceptivité n’est plus à démontrer. Le soutien sans failles dont bénéficient les cantatrices apportent une émotion particulière à chaque prestation. Cris, chants, danse, instruments, performance vocale meublent cette soirée.

L’accueil fait à Soumaïla Kanouté, seul homme a s’être produit en compagnie de ces dames n’a pas laissé indifférente l’assistance. Le chanteur, très à l’aise, s’est même offert un bain de foule au dépend du service d’ordre. Il n’y aura donc pas de clash entre hommes et femmes ce soir. Néné Soumano et Babani Koné se sont illustrées dans un véritable show live. Madame Soumano, de sa voix mélodieuse a fait frémir la salle du Palais de la Culture de Bamako, avant de passer le relais à sa consoeur Babani Koné pour un final pétri d’émotion. Gageons que l’an prochain la « Nuit des Femmes » sera reprogrammée par les organisateurs du festival des Trophées de la Musique au Mali.