Nouvelle attaque de Boko Haram au nord du lac Tchad

Le mouvement terroriste Boko Haram a encore frappé dans la nuit du mercredi 29 au jeudi 30 janvier. Cette fois c’est à un véhicule de patrouille des forces de sécurité du Tchad que les hommes de l’organisation terroriste se sont attaqués sur une île du Lac Tchad, faisant 3 morts chez les militaires et une vingtaine chez les terroristes.

En seulement trois jours, c’est la deuxième attaque du groupe islamiste, une nouvelle preuve que le groupe est dans une phase agressive contre les troupes des Etats qui se sont engagés ouvertement pour faire barrière au terrorisme.

C’est sur l’île Choa du Lac Tchad que le groupe islamiste Boko Haram a attaqué les soldats tchadiens qui effectuaient une patrouille dans la nuit. L’armée tchadienne a riposté et des échanges de tirs s’en sont suivis.

Face à la riposte des soldats tchadiens, les assaillants ont dû se replier après quelques minutes, abandonnant derrière eux 21 dépouilles de leurs camarades. L’attaque a également fait trois morts et trois blessés dans le rang des soldats.

Avec la recrudescence des attaques du groupe islamiste ces dernières semaines, dans la région, de nombreux analystes estiment qu’elles sont l’œuvre de la branche du mouvement terroriste qui squatte la partie nord des rives du Lac Tchad. Leur supposition est motivée par la crue actuelle du Lac qui empêche les troupes alliées des pays de la région du lac d’agir de façon efficace.

Ce vide permet aux éléments du groupe islamiste de multiplier les exactions dans la région tout en procédant à des modifications dans leur stratégie d’attaque pour prouver que, même si le groupe a été viscéralement touché trois ans plus tôt, il lui reste encore suffisamment de force pour perpétrer de nouvelles attaques.