Nouveaux heurts entre étudiants et gendarmes à Ouagadougou

La tension ne baisse pas au Burkina Faso. Alors que leur mouvement de vendredi a été violemment dispersé, les étudiants n’entendent pas lâcher du lest et promettent de nouvelles manifestations. Le gouvernement qui les accuse d’être manipulés par l’opposition multiplie les mises en demeure. Le président Blaise Compaoré appelle au calme.

Blaise Compaoré sort de son mutisme. De retour d’Addis-Abeba, vendredi, le Chef de l’Etat burkinabè, pour la première fois, s’est exprimé au sujet des violentes manifestations consécutives à la mort suspecte de l’élève Justin Zongo. « Les manifestations dans un Etat de droit sont tout à fait légitimes et normales. Mais ce qui est inadmissible, ce sont les destructions et les actes de vandalisme observés ça et là qui touchent des édifices publics », a-t-il déclaré. Il a appelé ses concitoyens au calme : « L’Etat de droit, c’est la liberté, mais une liberté qui respecte celle des autres et les biens publics. Le Burkina Faso est un pays aux ressources limitées, mais qui fait des efforts immenses pour son développement, pour sa marche vers le progrès et il faut que les Burkinabè se mobilisent autour de cet idéal de construction du pays », a-t-il poursuivi.

Répression

Cette sortie radiotélévisée du Chef de l’Etat burkinabè, fait suite aux heurts violents qui ont opposé vendredi à Ouagadougou, les étudiants à la gendarmerie et à l’armée, au cours d’une marche de protestation qui devait être pacifique. Alors que tout se passait dans le calme, les milliers de manifestants venus à l’appel de l’association nationale des étudiants burkinabè (ANEB), ont été bloqués à la Place des Femmes pour la Paix au centre de la ville. Ils ont ensuite été interdits d’accès aux avenues Houari Boumédienne, Aboubacar Sangoulé Lamizana et Thomas SANKARA, comme le prévoyait leur itinéraire. Craignant des débordements et des pillages dans ces avenues très commerçantes, la mairie de Ouagadougou avait suggéré aux étudiants d’arrêter leur marche au niveau de la Place des Femmes pour la Paix. Mais ils ne l’ont pas entendu de cette oreille. D’où la confrontation avec les forces de l’ordre, qui a fait au moins neuf blessés dans les rangs des protestataires.

Le pouvoir accuse l’opposition de tentative de déstabilisation

Ces mouvements de protestations seraient-ils un complot pour déstabiliser le régime Compaoré? C’est la conviction du parti au pouvoir. Dans un communiqué diffusé vendredi, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) s’en est pris à l’opposition en de termes virulents. « Quelle couardise pour nos opposants politiques que de se dissimuler derrière des élèves et des étudiants pour atteindre leurs objectifs politiques ! En démocratie, le pouvoir se gagne par les urnes. Le cours actuel des évènements atteste clairement à présent, que des forces occultes à l’affût, se sont saisies de cette situation que nous déplorons, pour déstabiliser notre pays en accord avec leurs alliés extérieurs, comme le montre la comptabilité de cette maniaque pyromanie, savamment inoculée à notre jeunesse et largement financée. »

Sur la même lancée, le gouvernement s’est livré, lui, à la diabolisation du syndicat des étudiants. Proclamant sa bonne foi à « traiter dans la transparence et le respect de la règle de droit les tragiques événements de Koudougou », il a pris l’opinion publique à témoin sur l’attitude « irresponsable » de l’ANEB. Selon lui, le syndicat des étudiants porterait désormais l’entière responsabilité de la perturbation des cours sur les campus.

Selon l’opposition, le peuple aspire au changement

L’opposition réfute la thèse du complot et lui préfère l’idée de révolution. « Il ne faut pas être un politologue ou un clerc pour comprendre que le monde a changé, que l’Afrique a changé(…). Ça c’est le début de notre révolution. L’erreur qu’il ne fallait pas commettre au Burkina Faso, c’est de donner encore l’occasion aux populations de dire trop c’est trop. Nous vivons l’impunité depuis des années, voici là où ça nous mène. Après 25 années de pouvoir de Blaise Compaoré, le peuple aspire au changement », a déclaré l’opposant Ram Ouédraogo, dans une interview accordée jeudi au bimensuel L’Evénement.

Plongée depuis trois ans dans de profondes crises, l’université burkinabè courre-t-elle à nouveau vers une année blanche ? Cette sombre perspective brandit par le gouvernement, n’effraie nullement les syndicats d’étudiants qui souhaitent le démantèlement de la police des universités, instituée de force après la grève géante de 2008. Dans les jours à venir, ils prévoient d’investir à nouveau les rues de Ouagadougou, pour des manifestations qui ne présagent rien de bon.