Nord du Burkina Faso : une attaque contre un détachement de la gendarmerie fait 10 morts

La région de Soum, dans le nord du Burkina Faso, a encore été l’objet d’une attaque terroriste. Les faits ont eu lieu ce vendredi à Inata et selon un communiqué de la Direction de la Communication et des Relations Publiques des Armées, 10 assaillants ont été neutralisés.

Inata, dans la région de Soum au nord du Burkina Faso, a été cible d’une attaque terroriste, ce vendredi 3 janvier 2020, vers 5 heures. L’attaque a été perpétrée contre un détachement de la gendarmerie. La riposte ne s’est pas fait attendre et c’est pourquoi l’attaque s’est soldée par un échec. D’ailleurs, les assaillants ont perdu 10 hommes dans cette opération.

Dans un communiqué, le Directeur de la Communication et des Relations Publiques des Armées renseigne que l’attaque menée par plusieurs d’individus, a été perpétrée contre « l’unité de gendarmerie de Inata, dans le Province du Soum, œuvrant dans le cadre du Groupement de Forces pour la Sécurisation du Nord (GFSN). Faisant preuve d’un sang froid et d’une réactivité exemplaires, les éléments ont réussi à mettre en échec les assaillants. De l’armement, des munitions et divers matériels dont des stupéfiants, ont également été saisis ».

Selon Sahel Security Alerts, un compte spécialisé dans l’analyse de l’évolution de la situation sécuritaire dans le Liptako-Gourma, du nom de la zone des trois frontières entre le Burkina Faso, le Niger et le Mali, devant une telle situation, les assaillants étaient obligés de battre en retraite. Alors que du coté des gendarmes burkinabé, aucun dommage matériel ni humain n’a été noté pour le moment.

Cette même province de Soum a été victime le 24 décembre dernier d’une attaque terroriste meurtrière, marquée par la mort de 35 personnes dont 31 femmes, là où 80 assaillants avaient été tués. Par ailleurs, une centaine de motos et de l’armement avaient été saisis et sept morts déplorées dans les rangs des forces de sécurité.

A lire : Noël sanglant dans le Nord du Burkina Faso : 31 femmes tuées, 48 heures de deuil national