Nigeria : un incendie ravage le service d’immigration à Abuja

Le service d’immigration du Nigeria (NIS) a déclaré que son siège, situé le long de la route de l’aéroport Nnamdi Azikiwe, à Abuja, a été ravagé, ce dimanche, par un incendie qui a touché certains de ses bureaux. 

Un incendie criminel vient de réduire en cendres certains bureaux du service d’immigration du Nigeria (NIS), dont le siège se situe le long de la route de l’aéroport Nnamdi Azikiwe, à Abuja. L’information a été révélée dans une déclaration publiée par le NIS via une série de tweet sur son compte Twitter officiel.

Tout en soulignant que la cause de l’incendie fait l’objet d’une enquête, le NIS a ajouté, dans son communiqué, que l’incendie avait été éteint par sa propre caserne fédérale de pompiers avec l’aide d’autres agences autour de l’aéroport international Nnamdi Azikiwe d’Abuja, le deuxième plus important du pays, après l’aéroport international Murtala-Muhammed de Lagos, qui a un afflux moyen d’environ 3 millions de passagers par an.

« Un incendie s’est produit dans notre quartier général de service ce matin (dimanche). Cela a affecté certains de nos bureaux. L’incendie a été éteint par notre caserne fédérale des pompiers et le soutien d’autres agences autour de l’aéroport. La cause de l’incendie est en cours d’investigation. Nous assurons au public que l’incident n’affectera en aucune manière l’exécution de nos services », a indiqué le NIS, dans son communiqué.

Pour rappel, le service d’immigration du Nigeria (NIS) a été extrait de la police nigériane (NP) en août 1958. Il était alors dénommé Département de l’immigration et dirigé par le Chief Federal Immigration Officer (CFIO), créé par une loi du Parlement (Cap 171, Lois de la Fédération du Nigeria) le 1er août 1963, lorsque Alhaji Shehu Shagari était ministre de l’Intérieur.

La loi initiale régissant les droits d’immigration était la loi sur l’immigration de 1963, qui a été modifiée en 2014 et à nouveau en 2015 (Loi sur l’immigration, 2015). Le Service a été restructuré depuis 1963 pour gérer la migration moderne conformément aux alignements politiques mondiaux, régionaux et sous-régionaux.