Nigeria : Shell a reconnu avoir minimisé une pollution massive en 2008

Près de six ans après les faits, l’entreprise pétrolière britannique et néerlandaise Shell a fait un pas de plus vers la reconnaissance de la pollution, plus importante que prévue, engendrée par ses installations en 2008 dans la région de l’Ogoni, dans le sud-est du Nigeria.

La filiale de Shell au Nigeria, Shell Petroleum Development Company (SPDC), a reconnu ce jeudi avoir minimisé les dégâts causés par la pollution de 2008. Un gazoduc avait déversé des milliers de barils de pétrole sur un périmètre de 90 km carrés à Bodo dans la région de l’Ogoni située au sud-est du pays, rapporte la BBC.

Voir des images de 2011 sur ce drame:

Nigeria: la pollution pétrolière exigerait 30… par afp

La compagnie britannique et néerlandaise ne reconnaît pas avoir continué à utiliser un gazoduc qui présentait des risques.

Une sous-estimation délibérée

L’ONG américaine Amnesty International avait indiqué dans un rapport que des habitants de la région présentaient des maux de tête ainsi que des problèmes de vision. Près de 15 000 locaux avaient alors déposé plainte contre Shell. Amnesty International a rendu public à cette occasion des documents qui révélaient que la compagnie pétrolière avait délibérément sous-estimé les chiffres.

« Shell savait aussi que les dommages étaient liés à un défaut d’entretien des canalisations et de l’oléoduc et a également menti à plusieurs reprises en affirmant que c’était le résultat de sabotages. Il est fortement probable que ces aveux vont peser dans la suite de la procédure judiciaire qui est en cours », rapporte le responsable d’Amnesty International en France, Yves Prigent, peut-on lire sur RFI.