Nigeria : pour une poignée de dollars

Les joueurs de l’équipe nigériane de football ont menacé de boycotter un banquet organisé en leur honneur par le gouvernement. Motif : faire passer la prime de match de 4.000 à 5.000 dollars. Pari gagné.

L’association nigériane de football (NFA), vient de mettre un terme à une dispute qui l’opposait à son équipe, vainqueur samedi du Soudan (3-0) en match de qualification de la Coupe du monde 2002.

Grâce à cette superbe victoire à l’extérieur, les  » Super Eagles  » se sont hissés au sommet de leur groupe, synonyme d’une probable qualification pour les phases finales au Japon et en Corée du Sud. Mais la gloire s’est trouvée gâchée par un litige bassement matériel : l’argent. La prime de match accordée par la fédération à chaque joueur en cas de victoire, devait s’élever à 4.000 dollars US. Pas assez aux yeux des vainqueurs qui ont menacé de boycotter un banquet gouvernemental en leur honneur si on le ne leur accordait pas un bonus total de 5.000 dollars.

 » Fausse revendication « 

Une gourmandise qui n’a pas été du goût de la NFA, le porte-parole de la fédération qualifiant l’attitude des joueurs de  » fausses revendications « . « Avant le début des phases qualificatives, nous nous étions mis d’accord pour 4 000 dollars de prime de match, a déclaré à la presse Augustin Mgbolu. Ils ont suggéré 5 000 dollars et nous leur avions promis d’étudier la question « .

En clair, un  » on verra  » qui a résonné comme un refus aux oreilles des champions. Ces derniers ont fait valoir que durant les matchs de qualification des saisons 1994/1995, les bonus s’élevaient à 5000 dollars.  » Quand nous disions  » étudier la situation « , cela signifiait que nous allions accéder à la requête « , a expliqué M. Mgolu. Ajoutant que les instances gouvernementales, organisatrices du banquet, allaient payer la différence. On ne fête jamais assez les rois du football national !