Nigeria : libération d’une Américaine séquestrée et abusée sexuellement

Internet regorge de nos jours d’opportunités en tout genre, mais les arnaques foisonnent également sur la toile. Les victimes se comptent d’ailleurs par centaines à travers le monde et une Américaine en a fait l’amère expérience, allant même jusqu’à se faire séquestrer au Nigeria.

Gardée prisonnière pendant plus d’un an au Nigeria, une fonctionnaire américaine a fini par être libérée. Selon les informations communiquées par la police, elle s’y était rendue suite à une promesse de mariage. Un arnaqueur l’avait alors kidnappée et abusé sexuellement avant sa libération plus d’un an plus tard.

Un arnaqueur récidiviste

Selon les forces de l’ordre, le présumé coupable répond au nom de Chukwuebuka Obiakuwhom. Arnaqueur avéré, l’homme s’est fait un nom en multipliant les délits sur internet. L’enquête a permis de découvrir qu’il avait rencontré l’Américaine sur Facebook, lui promettant le mariage. Dans la foulée, il était parvenu à lui extorquer la coquette somme de 48 000 dollars. Le communiqué de la police précise que la victime est retraitée et originaire de Washington.

Un phénomène courant dans la sous-région

Après avoir atterri au Nigeria, le 13 février 2019, la victime a vu l’histoire d’amour tourner court et virer au cauchemar. Elle ne s’attendait très certainement pas à se muer en esclave sexuel. Il est toutefois important de souligner que les actes de kidnapping ne sont pas nouveaux au Nigeria. Ils sont très fréquents dans la partie sud-est du pays. Les arnaques sentimentales, pour leur part, sont extrêmement répandues en Afrique de l’Ouest où les fameux « brouteurs » ivoiriens, sont passés maîtres dans l’art de séduire, extorquer et faire chanter leurs victimes.

Si ce phénomène peut légitimement être décrié, il est également révélateur des dérives auxquelles peut conduire le chômage.