Nigeria : les étudiants obligés de faire des tests de Covid-19 pour 25 000 nairas

Le gouvernement de l’État d’Ogun, au Nigeria, aurait imposé un paiement obligatoire pour les tests de Covid-19 aux étudiants qui retournent à l’internat. les parents et les enfants des écoles privées se sont opposés à cette disposition. Les parents accusent le gouvernement de faire de la discrimination entre les élèves des écoles privées et ceux des écoles publiques.

La décision du gouvernement de l’État d’Ogun, au Nigeria, d’imposer un paiement obligatoire de 25 000 nairas pour le Covid-19 et des tests de dépistage du paludisme pour les élèves qui retournent en internat dans les écoles privées, a déclenché des protestations chez les parents. « On s’attend à ce que les élèves du troisième cycle du secondaire (SS3) reprennent leurs études avant leurs examens du certificat de fin d’études secondaires d’Afrique de l’Ouest (WASSCE), mais le gouvernement a demandé à chaque élève de se soumettre à un test comme condition préalable à la reprise de l’écoles», a rapporté le Daily Trust.

Le gouvernement a déclaré qu’aucun interné ne serait admis dans les écoles sans certificat de test Covid-19, qui doit être négatif. En revanche, les parents qui ont leurs enfants dans des écoles privées auraient visité l’hôpital spécialisé MTR de 250 lits, Oke-Mosan, Abeokuta, lieu désigné pour le test, le dimanche 2 août. Mais ils n’ont pas pu faire tester leurs enfants gratuitement comme on leur avait demandé de payer 25 000 nairas pour chaque enfant.

Les parents se sont opposés à cette décision en protestant et en bloquant l’entrée de l’hôpital pendant que les responsables de la santé quittaient précipitamment les lieux. S’exprimant au nom des parents, Kehinde Sanwo, vice-président de l’association des parents et enseignants de l’une des écoles privées de l’État, a accusé le gouvernement de discriminer entre les élèves des écoles privées et ceux des écoles publiques. Pendant ce temps, l’Association des propriétaires d’écoles privées du Nigeria (APSON) a fait part de ses craintes concernant un « échec massif » des étudiants à l’examen du certificat d’études secondaires d’Afrique de l’Ouest (WASSCE), qui doit débuter le 17 août.

Pour donc éviter un « échec massif », il devrait y avoir quatre à six semaines de révision académique pour permettre aux étudiants de se préparer adéquatement à l’examen, indique le communiqué de l’association des promoteurs des écoles privées dans l’État d’Ogun.