Nigeria : l’un des principaux commandants de Boko Haram arrêté

L’agence nigériane de renseignements a annoncé ce dimanche l’arrestation d’hommes soupçonnés d’être de hauts responsables de Boko Haram, dont un de ses principaux commandants.

Gros coup de filet du département de la sécurité au Nigeria. En effet, ce dimanche, il a arrêté des hommes soupçonnés d’être de hauts responsables de Boko Haram, dont un de ses principaux commandants : Usman Shuiabu, plus connu sous le nom de Money.

Ce dernier a été arrêté en compagnie de vingt autres membres importants du groupe terroriste nigérian entre le 8 juillet et le 25 août dans les Etats de Lagos, Kano, Plateau, Enugu et Gombe. Le département de la sécurité d’Etat (DSS) précise qu’il « convient de noter tout particulièrement l’arrestation dans l’Etat de Gombe des responsables de la coordination et de l’exécution des attentats-suicides de Postikum, Kani, Zaria et Jos ». Certains d’entre eux ont avoué leur rôle dans ces attaques.

Frein à la recrudescence d’attentats

Ces arrestations mettent à mal les actions de Boko Haram et marquent un frein à leurs attentats, qui se sont réduits, selon le DSS. Par ailleurs, selon le DSS, des projets d’attaques des combattants de Boko Haram à Lagos ont été déjoués par les agents de ce département. « L’arrestation de ces éléments terroristes déclarés a toutefois aidé, dans une large mesure, à éviter des attaques dévastatrices dans cette zone », a précisé un membre de le DSS.

Le 28 août dernier, le DSS a procédé à l’arrestation d’un adolescent de 14 ans, soupçonné d’avoir voulu livrer des informations sur les règles de sécurité de l’aéroport d’Abuja à Boko Haram. Afin de metre un terme aux exactions du groupe terroriste, une force d’intervention conjointe multinationale de 8 700 hommes formée par le Nigeria, le Niger, le Tchad, le Cameroun et le Bénin va être déployée dans le nord-est du Nigeria ainsi qu’au frontières du Cameroun et du Tchad.

Le groupe terroriste Boko Haram qui existe depuis 2002, commet des attentats quasi quotidiennement au Nigeria, surtout dans le nord du pays. Depuis 2009 et l’arrivée à la tête du groupe de Abubakar Shekau, le groupe s’est durcit avec des attaques plus violentes et meurtrières dans des gares, des marchés et des mosquées, utilisant des femmes parfois mêmes des jeunes filles comme kamikazes. L’insurrection armée a même étendu ses actions au Cameroun et au Tchad.

Lire aussi :

 Tchad : les 10 membres de Boko Haram condamnés à mort ont été fusillés