Nigeria : environ 4 millions de bouteilles de bière détruites par la police islamique de Kano


Lecture 2 min.
Destruction de bouteilles d'alcool (Illustration)
Destruction de bouteilles d'alcool (Illustration)

La lutte acharnée contre l’alcool s’intensifie dans l’État de Kano au Nigeria. Mercredi, près de 4 millions de bouteilles de bière ont été détruites par la police islamique de la ville de Kano.

La ville de Kano, coutumière des campagnes de lutte contre l’alcool, vient une nouvelle fois de faire parler d’elle. Ce mercredi 9 février, en effet, 3 873 163 bouteilles de bière et d’autres types d’alcool ont été écrasées par des bulldozers. Une quantité jamais atteinte en une seule prise depuis l’entrée en vigueur de la charia et le début de la répression. La destruction a eu lieu en présence d’une foule nombreuse qui scandait « Allahou Akbar ».

Pas étonnant dans cette ville majoritairement musulmane, appartenant à l’État du même nom, régi par la charia, la loi islamique, depuis 2000. C’est ce que rappelle d’ailleurs Haruna Ibn Sina, le chef de la police islamique, lors de la destruction des bouteilles : « Kano est un État régi par la charia et la vente, la consommation et la possession de substances alcoolisées sont interdites », précise-t-il.

Seulement, à Kano, il y a aussi quelques foyers chrétiens ; et les campagnes de lutte contre l’alcool engendrent parfois de fortes tensions entre chrétiens et musulmans. En décembre dernier par exemple, des affrontements ont éclaté entre des jeunes chrétiens et les éléments de la police islamique qui étaient descendus dans les débits de boissons.

Les bouteilles de boissons détruites, ce mercredi, proviennent, selon des sources locales, du sud du Nigeria, région à prédominance chrétienne. Les bouteilles écrasées ont ensuite été brûlées par les éléments de la police islamique.

A lire : Pourquoi le Nigeria a détruit 1 million de doses de vaccins pour rassurer sa population ?

Avatar photo
Historien, Journaliste, spécialiste des questions socio-politiques et économiques en Afrique subsaharienne
Facebook Linkedin
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter