Nigeria : crash d’un avion sur un quartier populaire de Lagos

Scènes de chaos dimanche au Lagos, la capitale du Nigeria, après le crash d’un avion de ligne avec à son bord 153 personnes. L’ensemble des passagers ont péri et d’autres ont probablement succombé à terre.

Un avion de ligne, avec à son bord 153 passagers, a percuté de plein fouet dimanche un immeuble de deux étages du quartier populaire d’Iju de la capitale nigériane, Lagos. Selon la presse locale, il n’y a aucun espoir de retrouver des survivants. Il est possible que le crash ait provoqué des victimes au sol, mais pour l’heure aucun bilan précis n’a encore été établi. Ce matin, les sauveteurs ont réussi a dégager soixante-deux corps de l’épave dont la plupart, carbonisés, sont impossible à identifier.

L’avion de la compagnie nigériane Dana Air, en provenance d’Abuja, volait à très basse altitude selon des témoins interrogés par l’AFP. D’autres ont affirmé que l’appareil « piquait du nez ». Un bruit « assourdissant » de réacteur pouvait être entendu peu avant le crash. Dans la confusion, plusieurs personnes ont pensé qu’il s’agissait d’une explosion.

Le président nigérian Goodluck Jonathan a décrété trois jours de deuil national et a demandé l’ouverture d’ « une enquête la plus complète possible » sur l’accident.

Arrivée difficile des secours

Le quartier populaire d’Iju est une zone très peuplée. Des milliers de curieux s’étaient rassemblés autour de la scène bloquant ainsi l’accès aux secours qui tentaient d’intervenir. Les militaires ont été contraints d’employer la manière forte. La foule a donc été dispersée à coups de gourdins en caoutchouc et de jets de planches.

Selon Tunji Malomo, un commerçant, des scènes de pillages auraient même débuté immédiatement après le drame.

Dix mort dans le crash d’un avion-cargo

Samedi soir, à Accra, la capitale du Ghana, c’est un avion-cargo nigérian qui s’écrasait sur un minibus alors qu’il tentait d’atterrir à l’aéroport. Les quatre membres de l’équipage, dont les deux pilotes, ont survécu à l’accident. Les dix occupants du véhicule ont, quant à eux, été tués. D’après un communiqué de l’aéroport, « le vol DHV 111, effectuant la liaison de Lagos à Accra, a manqué la piste à l’atterrissage samedi 2 juin à 19H10 ». L’appareil s’est écrasé près du stade Elwak.

L’intervention des secours a été rapide d’après le chef de l’agence ghanéenne de la gestion des catastrophes nationales, Kofi Kportufe. Le président ghanéen, John Atta Mills, s’était rendu à l’hôpital de l’aéroport pour rendre visite aux survivants du crash. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes exactes de l’accident.