Nigeria : Buhari compare l’exode des Rohingyas du Myanmar aux crises de Bosnie et du Rwanda

Le président du Nigeria, Muhammadu Buhari, a exhorté les autres dirigeants de l’Assemblée générale des Nations Unies à condamner le «nettoyage ethnique» du peuple Rohingya au Myanmar, en Birmanie.

En comparant la situation dans la province de Rakhine du Myanmar en Birmanie aux massacres en Bosnie en 1995 et au Rwanda en 1994, le prsident du Nigeria, Muhammadu Buhari, a déclaré: « La communauté internationale ne peut pas garder le silence« .

Plus de 420 000 personnes ont fui la violence dans la région de Rakhine, et Buhari a déclaré avoir remarqué la marque d’un «programme de dépeuplement brutal soutenu par l’État» visant le peuple Rohingya sur la base de leur origine ethnique et de leur religion musulmane.

« Nous approuvons pleinement l’appel du secrétaire général sur le gouvernement du Myanmar pour arrêter le nettoyage ethnique en cours et assurer le retour en toute sécurité des Rohingya déplacés dans leurs foyers en toute sécurité et dignité« , a déclaré le chef d’etat de 74 ans qui revient juste d’une longue absence pour maladie.

Plus tôt, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a également exhorté le Myanmar à mettre fin à sa campagne militaire.

La population rohingya qui représente environ 1,1 million de personnes, a subi des années de discrimination au Myanmar, où ils se voient refuser la citoyenneté même si beaucoup ont des racines de longue date dans le pays.

Le deuxième vice-président de Myanmar, Henry van Thio, doit s’exprimer à la tribune de l’assemblée de l’ONU mercredi après que le lauréat du prix Nobel et le leader de facto de la Birmanie, Aung Sang Suu Kyi, ait refusé d’assister à la réunion mondiale de cette année.

Près de 400 000 réfugiés ont fui en raison du nettoyage ethnique au Myanmar : les dirigeants du monde qui se réunissent lors de l’Assemblée générale de l’ONU devraient avoir honte de ne pas avoir tenu leurs promesses d’accueillir plus de réfugiés, mais aussi d’avoir activement démantelé les droits des réfugiés dans de nombreuses régions du globe a déclaré Amnesty.