Nigeria : Boko Haram, le grand défi de Muhammadu Buhari

Muhammadu Buhari a été élu, ce mardi, à la tête du Nigeria. Le nouveau Président hérite de l’épineux dossier sécuritaire, concernant notamment la lutte contre le redoutable groupe terroriste Boko Haram.

La corruption dans laquelle est enlisée le Nigeria depuis plusieurs décennies est certes l’un des principaux défis du Président Muhammadu Buhari, élu ce mardi à la tête du pays. Mais il y a surtout l’épineux dossier sécuritaire, concernant notamment la lutte contre Boko Haram.

Groupe terroriste dirigé par le redoutable Abubakar Shekau, Boko Haram a souvent mis en déroute le gouvernement de Goodluck Jonathan. Ce dernier a longtemps été pointé du doigt pour son incapacité à faire face à l’insurrection armée, qui a fait plus de 14 000 morts depuis 2009, et poussé des milliers de personnes à se déplacer. Pour de nombreux observateurs du pays, l’émergence de Boko Haram est due à la misère sociale dans le nord, complètement laissé à l’abandon par le pouvoir. De multiples jeunes désœuvrés, plongés dans le chômage, ont notamment peu à peu grossi les rangs du groupe armé, au point d’en faire une terreur.

C’est d’ailleurs son incapacité à faire face à Boko Haram qui vaut au Nigeria, première puissance économique africaine, son surnom de géant aux pieds d’argile. Le pays est aussi le plus peuplé du continent avec près de 180 millions d’habitants, représentant un marché juteux pour d’éventuels investisseurs étrangers. Mais encore faut-il que les dirigeants puissent l’exploiter au mieux pour notamment améliorer les conditions de vie de la population. La grande majorité de cette dernière ne profite à ce jour toujours pas de la manne pétrolière qui a permis économiquement au pays de sortir la tête hors de l’eau. Une réussite économique qui fait en effet tâche, car seule une poignée de Nigérians en profitent.

C’est dans ce contexte socio-économique catastrophique que Boko Haram a réussi à étendre ses tentacules en enrôlant des jeunes désœuvrés avec un avenir incertain. Le groupe terroriste a installé la peur dans tout le pays, et chez les voisins, notamment au Tchad, au Cameroun et au Niger voisins. En élisant Muhammadu Buhari, le peuple nigérian a un vœu pieux : celui d’être définitivement débarrassé de Boko Haram dont les exactions et autres atrocités n’ont que trop duré. Ce qui était d’ailleurs une promesse électorale de Muhammadu Buhari, alors candidat à la magistrature suprême.