Nigeria : Boko Haram exécute Hauwa Leman, une seconde travailleuse humanitaire

Hauwa Leman

Les djihadistes de Boko Haram, alliés de l’État islamique, ont tué une deuxième travailleuse humanitaire kidnappée dans le nord-est du Nigeria, a annoncé lundi le gouvernement, un mois après le meurtre d’une de ses collègues. Trois travailleuses humanitaires avaient été kidnappées lors d’un raid organisé par Boko Haram dans la ville reculée de Rann, dans l’État de Borno, le 1er mars, tuant trois autres travailleurs humanitaires et huit soldats nigérians.

Le ministre de l’Information, Lai Mohammed, a qualifié le meurtre de «ignoble, inhumain et impie» et s’est engagé à demander la libération de deux femmes encore emprisonnées, une travailleuse humanitaire et une fillette de 15 ans.

La province de l’État islamique d’Afrique de l’Ouest (ISWAP), une faction de Boko Haram, a expliqué pourquoi elle avait exécuté Hauwa Leman, une travailleuse humanitaire du Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Les terroristes ont également promis de garder Leah Sharibu, l’écolière de Dapchi, comme « une esclave pour la vie« .

Dans une courte séquence, Leman a été forcée de s’agenouiller, les mains attachées dans un hijab blanc portant le symbole de la crête, puis abattue à bout portant.

Dans une brève déclaration, l’ISWAP a déclaré: «Nous avons tenu notre parole, comme nous l’avons dit, en tuant une autre travailleuse humanitaire, Hauwa Leman, qui collabore avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et a été enlevée lors d’une descente. une base militaire à Rann, Kala Balge, en mars 2018.

Saifura et Hauwa ont été tués parce qu’elles sont considérés comme des Murtads (apostats) par le groupe parce qu’elles étaient autrefois des musulmans qui ont abandonné leur islam, au moment où ils ont choisi de travailler avec la Croix-Rouge a déclaré le groupe terroriste. « Si nous les voyons, nous tuerons les apostats parmi eux, hommes ou femmes, et choisirons de tuer ou de garder les infidèles comme esclaves, hommes ou femmes. »

« Il est très malheureux d’en arriver là. Avant et après la date limite fixée par ses ravisseurs, le gouvernement fédéral a fait tout ce qu’un gouvernement responsable devrait faire pour sauver le travailleur humanitaire », a déclaré le ministre de l’Information, Lai Mohammed. « Comme nous le faisons depuis l’enlèvement de ces jeunes femmes, nous avons maintenu la voie des négociations ouverte tout au long. Dans toutes les négociations, nous avons agi dans le meilleur intérêt des femmes et du pays dans son ensemble. »