Nigeria : 14 soldats tués suite à l’attaque d’une base militaire dans le nord-est


Lecture 1 min.
Illustration
Illustration

Au Nigeria, 14 soldats ont perdu la vie après que leur base militaire, située dans le nord-est du pays, a été attaquée. Outre les morts, de nombreux blessés ont également été enregistrés.

D’après des sources militaires, l’attaque aurait été perpétrée par l’organisation Etat Islamique. L’offensive, d’une violence inouïe, a occasionné de nombreuses pertes en vies humaines, 14 pour être plus précis. On déplore notamment le décès de deux officiers dont celui en charge de la base. Par ailleurs, de nombreux soldats restent  introuvables.

Les assaillants ont en outre pu repartir avec quatre camions bourrés de mitrailleuses. A en croire l’AFP, la base militaire de Jakana a été attaquée vendredi dernier par des assaillants équipés d’armes lourdes. Ils ont notamment utilisé des mitrailleuses et des lance-grenades.

Le Nigeria en proie aux violences

Outre cette attaque, il convient de signaler que dans l’Etat du Delta neuf personnes ont trouvé la mort lors de combats intercommunautaires. De nombreux autres blessés ont été enregistrés. Force est donc de constater que ces derniers mois,  l’insécurité a pris des proportions assez inquiétantes au Nigeria.

Le pays en est actuellement à son dixième jour de manifestation contre les violences policières. Malgré la dissolution de la sinistre Brigade spéciale de répression des vols, les populations continuent de manifester dans les rues de Lagos. Les grands axes de la mégalopole sont pris d’assaut par des foules qui exigent la fin des violences policières. Et quand on sait que manifestations et gestes barrières ne font pas bon ménage, on peut légitimement craindre une explosion des cas de Coronavirus dans les prochaines semaines.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter