Niger : les 5èmes Jeux de la francophonie sous le signe de la solidarité

Les cinquièmes Jeux de la francophonie se tiendront à Niamey, capitale du Niger, du 7 au 17 décembre. Ces Jeux sont organisés dans un esprit de solidarité avec le Niger, touché par une crise alimentaire aiguë. Environ 2 000 athlètes participeront à cette manifestation sportive et culturelle. Certains iront à la rencontre des enfants nigériens.

Par Mourad Ouasti

Le Niger hôte des cinquièmes Jeux de la francophonie. Quelque 2 000 athlètes sont attendus dans le pays ouest-africain pour participer à l’événement, qui se tiendra du 7 au 17 décembre, dans un contexte on ne peut plus particulier. Le pays subit en effet une crise alimentaire majeure. « Nous nous sommes évidemment posé la question : faut-il annuler les Jeux en raison de la grave crise alimentaire qui sévit au Niger ? Nous avons pesé le pour et le contre et avons décidé de maintenir les Jeux au Niger », a déclaré le Secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie, l’ex-Président sénégalais, Abdou Diouf, lors d’une conférence de presse, mardi, au siège de l’Organisation. Abdou Diouf explique que les Jeux se dérouleront sous le signe de la rigueur, de la sobriété, de l’économie… et de la solidarité. Ils auront une allure de vaste opération humanitaire, tant les déclarations et les mobilisations appellent à la conscientisation de la communauté et de l’opinion public internationales sur le danger humanitaire encouru par le Niger.

La France limite ses moyens pour privilégier l’humanitaire

Pour Jean-François Lamour, ministre français de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative, « les Jeux, qui effectuent un retour au Sud, auront une signification différente car ils prendront place dans un pays en pleine difficulté ». Le ministre a notamment annoncé que les Français limiteront leurs moyens au profit d’actions humanitaires. Il n’y aura par exemple pas de club France, lieu de détente des sportifs présent d’ordinaire dans toutes les compétitions. Des mesures qui, selon Jean François Lamour, accroissent les marges de manœuvre pour porter assistance à la population nigérienne.

Brigitte Girardin, ministre française déléguée à la Coopération, au Développement et à la Francophonie, fait part de l’investissement de vingt millions d’euros dans l’installation de structures indispensables à la réalisation des Jeux, soulignant que « le Niger a besoin de ces Jeux pour son développement ». L’objectif de la manifestation est donc aussi de laisser un héritage au Niger. Certains sportifs auront deux casquettes. A l’image du perchiste Jean Galfione, six fois champion de France et recordman olympique en 1996 (saut à un 5,92m), qui participera à la compétition malgré l’annonce de sa retraite internationale. Le champion du monde en salle à 6m, en 1999, a justifié sa décision par la fierté de porter les couleurs de l’équipe de France et par la dimension humanitaire des Jeux.

Fidèles à la coutume, les Jeux 2005 seront cadencés par trois cérémonies officielles. Le 7 décembre à 15h au Stade Général Seyni Kountché, la cérémonie d’ouverture sonnera le coup d’envoi des rencontres sportives et culturelles. Les milliers de visiteurs attendus assisteront au défilé des 44 délégations, puis au spectacle dont la composition est tenue secrète… Après les dix jours de compétition, les artistes médaillés seront à l’honneur lors du gala des lauréats au Palais des Congrès, vendredi 16 décembre à 18h. Enfin, une fantasia marquera la fin de l’événement samedi 17 décembre à 18h à l’Hippodrome de Niamey.