Nicolas Sarkozy, un VRP au Maroc

Nicolas Sarkozy débute ce lundi sa visite de trois jours au Maroc. Reçu par le roi Mohammed VI, le Président français entend bien renforcer les liens privilégiés entre la France et le Maroc et parapher un nouveau contrat, la possible construction d’une ligne de train en grande vitesse.

Ces trois jours seront l’occasion pour les deux pays d’effectuer des transactions commerciales dans le but de parachever les liens économiques entretenus entre les deux pays, notamment avec la signature tant attendue de l’accord qui amorcera la construction d’une ligne TGV. Cette rencontre prévue initialement en juillet, avait été reportée par Mohammed VI qui n’avait pas voulu d’une visite éclair de son homologue français. Ce refus était censé traduire la volonté du roi marocain de se distinguer de son voisin et rivale algérien.

Cinq mois après son élection, le Président français entend réaffirmer et exalter les relations franco-marocaines. M. Sarkozy interrogé au sujet de ses liens avec le Maroc par le quotidien national Le Matin, a déclaré que « le Maroc représentait pour la France un partenaire de premier plan ».

Quand le Maroc et la France discutent « affaires »

De nombreux contrats devraient être signés. Notamment l’accord de la construction d’un train à grande vitesse au Maroc. Patrick Kron (PDG du groupe Alstom) qui sera du voyage, compte bien ajouter le royaume chérifien à la liste des clients du TGV.
En matière d’armement, la France devrait livrer une frégate à la marine marocaine afin d’effacer l’échec essuyé par l’avion de combat Rafale auquel Rabat a préféré, selon la presse marocaine et française, des F16 américains d’occasion.Nicolas Sarkozy, qui sera accompagné de 70 chefs d’entreprises français, participera mercredi à Marrakech à une rencontre économique et y prononcera un discours sur les relations commerciales entre les deux pays.

Durant cette visite de trois jours au Maroc, le Président français devra prononcer mardi, un discours devant les élus des deux chambres. L’occasion de « souligner la qualité de la relation bilatérale et des progrès du Maroc vers la modernité » a rapporté le porte-parole de l’Elysée.
Concernant la diplomatie, Nicolas Sarkozy s’exprimera à Tanger, après la visite du port Tanger Med, sur le projet d’Union Méditerranéenne pour lequel le Maroc a déjà manifesté son intérêt. L’Union méditerranéenne qui, selon M. Sarkozy interviewé par le quotidien marocain Le Matin, « a vocation à réunir les pays souverains autour de projets concrets » et dont « l’avenir se joue autour de quelques domaines clés (…) : le développement économique, l’environnement, le dialogue des cultures ou la sécurité ».

Dans le domaine de la justice, Nicolas Sarkozy accompagné de la Ministre de la Justice Rachida Dati, signera avec Mohammed VI deux accords de coopération. Le premier concerne « l’actualisation » du cadre juridique qui régit leur coopération depuis 1957, et le second est une clause additionnelle à l’accord de 1981 sur le transfert des détenus entre les deux pays. L’accord qui sera signé lundi à Marrakech inclura désormais la possibilité pour les binationaux de choisir le pays où ils préfèrent purger leurs peines.

L’association Reporters sans Frontière a demandé au Président français d’évoquer avec Mohammed VI la situation déplorable de la liberté de la presse au Maroc.
Entre deux signatures, Nicolas Sarkozy abordera-t-il ce sujet fâcheux avec son homologue marocain?