Ngor : l’île aux peintres

Les peintres de l’île de Ngor, au large du Sénégal, ont posé leurs toiles dans le Marais (Paris) le temps d’une exposition. Différents mais unis par la même passion, ce sont les nouveaux hérauts de la peinture contemporaine sénégalaise.

Une explosion de couleurs, un joyeux désordre de toiles de toutes tailles, des coups de pinceaux chamarrés… La galerie Hérouet prête jusqu’au 31 mars prochain son immeuble pierre de taille et son côté château médiéval aux peintres de l’île de Ngor.

L’exposition s’appelle  » N’Daje « , la rencontre, et permet aux Parisiens chanceux de découvrir un panorama riche en couleurs de la peinture contemporaine sénégalaise. Chaleureuse et lumineuse, cette galerie nichée au coeur du Marais emmène le badaud dans un voyage pictural et africain.

L’île de Ngor, au large du Sénégal, est en passe de devenir aussi connue que celle de Gorée, qui accueille artistes et amateurs d’art branchés. Gaston Madeira, organisateur de l’exposition, a créé sa galerie sur Ngor et y a installé trois de ses peintres. Il leur a donné une maison, un atelier et de quoi peindre.

Mélange des genres et des couleurs

Résultat : un bouillonnement créatif étonnant, la rencontre d’individualités fortes, mise au service de la peinture. Vous découvrirez Omar Lional Sow, jeune autodidacte né à Dakar il y a 27 ans. Il utilise avec bonheur les grands formats et aime mélanger à ses toiles différents matériaux : corde, sable et même goudron. Peintre d’intuition et Sénégalais lui aussi, Pape Massiga Coulibaly mène sa recherche artistique vers les collages, ponctués de couleurs vives et inspirés par la mer. Il vend ses toiles aussi bien au Sénégal qu’à l’étranger.

Pape Teigne Diouf a quitté son petit village natal pour faire l’Ecole des Beaux-Arts de Dakar. D’abord décorateur de plateaux de télévision et de scènes de théâtre, c’est dans la peinture qu’il aime s’exprimer pleinement. Les couleurs de terre – ocre, rouge, jaune – sont ses préférées. Le cadet de la bande est un Ivoirien de 23 ans, Alain Ouade (dit Waddale), qui après s’être intéressé à la photographie, a posé ses valises sur l’île de Ngor. Voyageur, à  » l’esprit bougeotte  » comme il le dit lui-même, il laisse son imagination peindre le quotidien avec énergie.

Laure Malecot et Phillipe Sene complètent cette troupe attachante et talentueuse, à découvrir d’urgence.

N’Daje, rencontre à Paris.

Du 16 au 31 mars 2001. Galerie Hérouet. 54, rue Vieille du Temple – 44, rue des Francs Bourgeois. 75003 Paris (France). Ouvert tous les jours sauf le lundi de 10h30 à 12h et de 14h à 19h (dimanche de 15h à 19h).