New York Forum Africa 2013 : près de 700 décideurs politiques et économiques attendus à Libreville

La deuxième édition du New York Forum Africa se tiendra dans la capitale gabonaise du 14 au 18 juin 2013. Selon l’initiateur de cette rencontre économique internationale, Richard Attias, qui s’exprimait vendredi au cours d’une conférence de presse à Libreville, entre 600 et 700 décideurs économiques et politiques, sans compter les hommes de médias sont attendus à Libreville à l’occasion. Ces assises serviront surtout d’aubaine aux responsables de petites et moyennes entreprises africaines, notamment à la recherche de financements et d’opportunités.

(De notre correspondant)

La 2e édition du New York Forum Africa rassemblera du 14 au 18 juin 2013 près de 700 décideurs politiques et économiques à Libreville, sans compter les journalistes. Cette édition contrairement à la précédente verra également la participation de nombreux chefs d’Etat africains. D’ailleurs, un sommet spécial des chefs d’Etat de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) se tiendra à Libreville le 14 juin, jour d’ouverture des assises. Ce n’est pas un hasard de calendrier. Les organisateurs envisagent de rassembler pendant trois jours tous ceux qui peuvent permettre de booster la croissance économique en Afrique, entre autres les chefs d’entreprises affirmées, de grands investisseurs internationaux et les responsables de petites et moyennes entreprises.

Les puissants hommes d’affaires de la Turquie, de la Russie, d’Indonésie seront là. Les Américains viendront en plus grand nombre par rapport à l’année écoulée. Les Chinois comme d’habitude seront extrêmement présents avec les grandes entreprises publiques.

Un rendez-vous pour du business

« Nous avons créé une place d’affaires parce que nous sommes dans le concret et nous ne voulons pas que la conférence soit simplement une conférence d’échanges intellectuels, même s’ils sont importants, ou que ce soit juste des échanges dans les couloirs, dans les corridors du stade de l’amitié sino-gabonaise où se tiendra le forum, mais également qu’il y ait des opportunités d’affaires qui ont été recensées l’année dernière et qui se transforment en réalité, parce qu’encore une fois, nous sommes dans le concret. La réalité avec les projets signés qui vont ensuite être générateurs de croissance, je l’espère, tant au Gabon, dans la région qu’à l’échelle de l’Afrique », a déclaré Richard Attias.

En effet, à l’initiative de Richard Attias et du Président Ali Bongo Ondimba, le New York Forum Africa se veut être le plus grand rassemblement annuel de toutes les générations de décideurs et d’experts appelés à collaborer à l’émergence d’une Afrique gagnante, innovante, prospère, autonome, stable, qui jouerait un rôle de premier plan dans le nouvel ordre économique mondial.

De même, les conclusions du New York Forum sont formalisées et suivies par le New York Forum Institute. Cette Fondation est l’auteur des déclarations des New York Forum 2010 et 2011, lesquelles furent présentées aux dirigeants du G20.

Accroitre les investissements en Afrique

Dans cet élan, la deuxième édition qui se tiendra en marge du sommet des chefs d’Etats qui se déroulera à Libreville, évoquera six thématiques portant entre autres sur l’indépendance économique et politique du continent ; l’incubation avec l’intégration des petites et moyens entreprises ; les infrastructures ; le domaine des innovations, à travers les nouvelles technologies et la création des énergies nouvelles.

Les jeunes ne seront pas en reste, notamment par la participation des grandes figures, à l’exemple de l’acteur Lee Spike et du mannequin, wek Alek. S’agissant du volet de la culture et du sport.

Pour les organisateurs, si les objectifs du premier New York Forum Africa ont porté sur la reconnaissance des progrès économiques de l’Afrique ainsi que l’examen des opportunités pour les entreprises et les investisseurs, le rendez-vous de 2013 aura pour grande tâche d’explorer les étapes à suivre dans la mise en place d’un plan d’action concret, pertinent et évolutif en vue d’attirer, retenir et accroître les investissements.

A cet effet, un espace appelé « Market place » sera aménagé par les organisateurs de cette rencontre, en vue de transformer les opportunités en réalités. Ceci, à travers des réunions bilatérales et des discussions entre les hommes d’affaires panafricains.