Musique : Triptik montre l’exemple

Enfin du nouveau dans le rap français. Avec son deuxième album,  » Microphonorama « , Triptik soigne ses instrumentaux et réhabilite, merci les gars, le scratch. Un exemple salutaire que beaucoup seraient bien inspirés de suivre.

C’est pas trop tôt. Il y en avait marre d’entendre toujours ces même beats (tempos) lancinants, pauvres et linéaires dans la production rap actuelle. Nombreux sont les rappeurs, en France et l’étranger, à se contenter d’une simple instrumentale sans grâce pour poser leurs textes. Heureusement, certains font de la résistance. Le groupe Triptik est de ceux-là.  » Microphonorama « , son deuxième album, fait revivre les mix et réhabilite les scratchs. Merci messieurs !

Beaucoup ne verront aucune différence sémantique entre le rap et la musique rap. Dommage. Dans  » musique rap  » : il y a rap bien évidemment mais aussi musique. Pour l’avoir oublié, le rap français se complaisait dans un marasme musical où, sauf à quelques rares exceptions, les DJ semblaient avoir laissé leur feeling au vestiaire. Pas Drixxxè, l’homme aux platines de Tripik. Il connaît bien son affaire et épaule de brillante façon Dabaaz et Black Boul’, les deux chanteurs du groupe. Pas le groupe d’un seul homme pour autant, mais un ménage à trois où chacun trouve sa place.

Du scratch pour plus de caractère

D’ordinaire, il nous faut attendre les maxis ou les mix-tape (compilation mixée de titres) pour se délecter des phases inspirés de nos chers DJ. Avec  » Microphonorama « , vous n’aurez pas à attendre de version bis pour apprécier Drixxxé dans ses oeuvres. Et au détour d’une piste, ses scratchs en pleine forme vous rappelleront ce que le rap avait oublié. Des tours de passe-passe vinyle pour rompre le rythme et emporter la musique ailleurs, sur les terrains de l’inspiration. Triptik a également convié à la fête, d’autres virtuoses du 33 tours, comme Cut Killer, DJ Pone, DJ Damaage sans oublier Cutee B (au mixage de l’album avec Drixxxé).

Petit bémol toutefois quant au flow (manière de chanter) des artistes qui, à l’inverse de la musique, est peut-être trop répétitif. Mais pas de doute,  » Microphonorama  » reste un album à écouter et à kiffer, tout simplement. Tout à l’honneur du Hip-Hop, une des bonnes surprises rap de l’année.

Commander l’album Microphonorama