Mugar, terre de rencontre

Quand la musique celte rencontre la musique berbère, elles se donnent rendez-vous à Mugar. Le groupe celto-berbère, composé autour de trois flûtistes, réussit le pari de marier la cornemuse à la ghaita, le biniou et le bendir.

Dans la lignée d’Idir. Deux univers musicaux, un lieu de rencontre. Mugar, nom du groupe celto-berbère auteur du disque Kabily-Touseg. Mugar, lieu de rencontre de caravanes dans le grand sud algérien. Et ce n’est pas un hasard si la page d’ouverture, qui est aussi la pochette du CD, représente un menhir dans le désert. Une volonté de fusion artistique. Il était une fois trois flûtistes plutôt doués, Youenn Le Berre, Michel Sikiotakis et Nasredine Dalil, qui décident de tenter une expérience musicale le temps d’un concert. C’était en 1996 à Paris. La magie a opéré. Le groupe, rejoint par plusieurs nouveaux membres dont le groupe de musique irlandaise Broken String, sort plus tard un album. Succès immédiat. Les deux univers, celte et berbère, ont trouvé leur Mugar.

Berbères de Bretagne, Celtes de Numidie

Le site, modeste, est léché. D’un design simple, il offre aux internautes l’actualité du groupe et explique aux fans ses origines. En prime : un titre de leur album. Des chansons où le biniou et le bendir, la cornemuse et la ghaïta font un ménage heureux. Des airs des montagnes de Kabylie, du désert touareg et des côtes celtiques. Un mélange détonant, jouissif mais -paradoxalement- pas étonnant. Comme si les deux univers étaient appelés à se rencontrer. Et depuis, c’est l’effet boule de neige. Plusieurs groupes se sont engouffrés dans la brèche ouverte par Mugar.

Si vous êtes curieux, allez faire un tour sur le site celto-kabyle. Vous y découvrirez un espace convivial, ouvert, sympathique… Et comme le site n’a pas beaucoup de pages -donc, votre visite sera courte- allez acheter leur disque. Pour le plaisir des oreilles.

Visiter le site :

Commander l’album :