Mozambique : attaque meurtrière d’un convoi, la RENAMO indexée

Ce samedi, des hommes armés ont attaqué un convoi de trois véhicules civils, dont un autobus, dans le centre du Mozambique, tuant une personne et en blessant au moins neuf. Le groupe de trois véhicules roulait sur la grande route Nord-Sud reliant le district de Machanga à la ville côtière de Beira, lorsque l’attaque s’est produite.

Cette attaque intervient dans un climat délétère entre le pouvoir incarné par le Front de libération du Mozambique (FRELIMO), et l’ex-guérilla, la Résistance nationale mozambicaine (RENAMO).

Selon RFI, des hommes armés ont surgi de la forêt et ouvert le feu sur un autobus. Une attaque que le gouvernement attribue à la RENAMO. « Il n’y a aucun doute, c’est une signature de la RENAMO », note le gouvernement.

D’après un témoignage, c’est environs à 5 km de Béga que l’attaque a eu lieu. « Nous avons entendu des coups de feu. Subitement, on a commencé à tirer sur notre autobus. Des hommes ont surgi de la forêt et tiraient dans tous les sens. Ils ont atteint le conducteur de notre bus au front et au visage et il est mort sur place. Ensuite ils ont tiré dans les pneus. Là, nous nous sommes tous mis à courir. Cinq km plus loin, nous avons aperçu des véhicules en stationnement, des véhicules qui paraissaient de la police. Les gens nous ont demandé ce qui se passait, et nous leur avons raconté. Puis nous avons entendu une grosse détonation. Il s’agissait de notre autobus qui venait d’exploser. Nous avons tout perdu ».

A noter que depuis lundi dernier, la tension est montée d’un cran lorsque l’armée a attaqué la principale base militaire de l’ex-guérilla, la RENAMO. Le chef de la guérilla aurait fui pour éviter d’être capturé.